Seuil

 

Depuis la première marche en 2002, 2 jeunes partis ensemble pour quatre mois et 2 500 km, l’un a rapidement abandonné, jusqu’à celles organisées aujourd’hui, que de changements…

Aujourd’hui la méthode s’appuie toujours sur quelques fondamentaux intangibles :

  • Partir à l’étranger.
  • La marche en solo (1 jeune, 1 adulte).
  • Le suivi de la marche par une équipe pédagogique pluridisciplinaire.
  • La durée : 100 jours.
  • Pas de téléphone, pas de musique.
  • Un stage avant le départ et au retour.
  • L’éducateur référent et la famille sont étroitement associés au déroulement de la marche.

 

Si la méthode Seuil n’est pas l’unique solution offerte à des jeunes en difficulté, elle est originale, pertinente et efficace pour des jeunes en échec éducatif grave. Ses résultats ont été tels que de nombreux éducateurs orientent de plus en plus d’adolescents vers Seuil.

 

Le conseil d’administration a fixé le principe d’une professionnalisation progressive de la structure tout en continuant à accueillir des bénévoles. L’arrivée de Paul Dall’Acqua, éducateur et ancien directeur de la PJJ, a permis d’affiner la méthode. Sa nomination au poste de directeur (bénévole), suivie de l’embauche d’un premier puis d’un second éducateur en 2012 et 2015, ont permis de donner une plus grande cohérence au projet et d’augmenter  la capacité d’accueil de jeunes à plus de 30 marches annuelles.

 

Un réseau de correspondants régionaux est mis en place en 2017.

 

Sur le plan international, inspirées par Seuil, des associations pratiquant des marches éducatives ont déjà vu le jour en Allemagne, en Suisse, en Italie et… en Corée du Sud.