Seuil

Plus de 15 ans d’action

Seuil est née de la rencontre que Bernard Ollivier a faite en 1998 sur le chemin de Compostelle avec deux jeunes délinquants belges à qui un juge intelligent avait proposé ce marché : la marche ou la prison ?

 

Le bonheur de ces deux adolescents, l’attention, voire l’admiration qu’on leur portait montraient assez que le juge avait vu juste : l’enfermement n’est pas la solution. Le sentiment de liberté qu’offre la randonnée, le bonheur de se dépasser et surtout les rencontres qu’elle procure sont la vraie voie vers la résilience, cette capacité à se remettre d’un traumatisme décrit par Boris Cyrulnik.

 

 

Après plusieurs initiatives engagées dès 2000, Seuil a été officiellement créée en 2003 (J.O. du 13 juin 2003). Le projet éducatif a fait si bien son chemin que Seuil est maintenant reconnue Lieu de Vie et d’Accueilpar la Protection Judiciaire de la Jeunesse et l’Aide Sociale à l’Enfance. Sa mission est d’amener des jeunes en difficulté, en rupture sociale, à devenir les acteurs de leur propre réinsertion par une marche de rupture individuelle, d’environ 3 mois, 1800 km, à l’étranger. L’idée est actuellement reprise par plusieurs pays européens.

 

Moins coûteuse que les centres éducatifs fermés, plus pertinente que la prison, la méthode a fini par convaincre. En 2013, l’étude d’un cabinet indépendant ProEthiquearrive à la conclusion que 95% des jeunes ayant marché avec Seuil reviennent porteurs d’un projet menant à la réinsertion. Une autre étude, menée par l’administration pénitentiaire constate, à l’inverse, 85% de récidive à la sortie de prison.  Pourtant, il y a encore des résistances, on dit que « les moyens » manquent. Sauf bien sûr pour l’enfermement.

 

Les idées neuves et innovantes sont toujours longues à s’installer dans les esprits. Il faut, pour les pousser, un soutien et une action vigoureuse de la société civile. Grâce au soutien de nos adhérents, de nos donateurs, des éducateurs et des juges pour enfants, ce sont près de 200 marches qui ont été organisées par Seuil jusqu’en 2016. L’association est dorénavant en mesure d’en organiser chaque année près d’une trentaine.