Seuil

 

2015 ANNEE DE LA TRANSITION ET DE LA CONTINUITE

 

A l’issue de l’assemblée générale de Seuil du 25 juin 2016, le rapport moral du président, Patrick Béghin et le rapport financier du trésorier, Bernard Lachal, ont été adoptés à l’unanimité.

 

Lire le rapport moral

Lire le rapport financier


Seuil poursuit ses actions éducatives et les jeunes en alternative ou venant de centres éducatifs fermés (CEF) ou dans le cadre de l’Aide Sociale à l’Enfance, sont de plus en plus nombreux à solliciter l’organisation. L’association doit donc développer ses ressources, que ce soit auprès des donateurs ou des entreprises ou fondations mécènes pour permettre le financement de ses projets et augmenter le nombre de marches pour les jeunes en difficulté.

 

Aujourd’hui, plus de 700 jeunes mineurs sont enfermés en prison, CEF ou EPM. Plusieurs milliers de jeunes pourraient être concernés par la démarche de Seuil. Un horizon d’activité de 60 marches et 4 000 jours de marche par an serait un bel enjeu.

 

L’année 2015 a également marqué un pas significatif dans la professionnalisation de Seuil, organisation reconnue et expérimentée, avec la création de poste d’éducateur, de psychologue et d’éducateur en charge du suivi des marches, financé grâce à la Fondation Blancmesnil qui a renouvelé sa confiance à l’association.

 

Seuil a organisé, pour 35 jeunes PJJ et ASE, de la France entière, 1 586 jours de marche en 2016, soit une légère augmentation par rapport à 2015. Le plus jeune est âgé de 14 ans ; le plus âgé de 18 ans.
Sur les jeunes de la PJJ, 60% sont arrivés au terme de leur marche et sur les jeunes de l’ASE, 43%. Comme les scientifiques l’affirment « le pied fait marcher la tête ». Pour la première fois, le nombre de jeunes arrêtant leur marche prématurément est très important. Ceux qui ont marché et ont stoppé leur marche en cours de route ont rencontré soit des problèmes de santé, soit des problèmes émotionnels.

 

Les accompagnants de la marche sont la pièce maîtresse du projet de Seuil, car sans eux, il n’y a pas de marche : hommes (16) et femmes (17), de 35 ans en moyenne. Mais, du fait du départ « au fil de l’eau » des marches, le nombre d’accompagnants disponibles reste insuffisant.

 

Seuil souhaite accueillir également de nouveaux bénévoles, prêts à apporter leur expérience professionnelle sur de nouvelles actions.