Seuil

Marche de Hasxxx accompagnée par Anthony du 25-1-2018 au 24-4-2018

 

Stage d’avant-marche dans un gîte à Sens de Bretagne

Je m’appelle H. J’habite dans la région aquitaine. J’ai 17 ans et je vais galérer pendant trois mois à traverser l’Espagne à pied. 
Aujourd’hui, je suis dans un gîte avec mon accompagnant, Anthony. Cela fait trois jours que nous sommes là. Nous apprenons à nous connaître et à créer un lien de confiance.

Hier, nous avons marché deux heures le matin et deux heures l’après-midi. Au début, j’étais fatiguée et je ne voulais pas le faire, et c’est qu’une fois la journée finie que j’étais fière de moi d’avoir fait 22 km dans la journée à pied.

Aujourd’hui, il fallait que je me lève à 7h, mais j’ai vraiment eu du mal, alors je me suis réveillée une heure après, j’ai déjeuné et nous avons attendu Clémence qui anime le stage pour aller marcher trois bonnes heures dans la forêt. C’était très long et compliqué. J’ai dû leur demander trois fois de s’arrêter, j’ai râlé et même à un moment je leur ai dit que j’arrête de marcher. Alors je me suis posée sur un rocher, j’ai fumé une cigarette et j’ai écouté les conseils de Clémence de la veille. Je me suis concentrée sur ma respiration et je me suis étirée un peu là où j’avais mal et j’ai repris ma marche, en continuant à râler de temps en temps. Nous avons fait presque 15 km.

Demain, c’est le grand départ. Nous partirons en début de soirée en avion. Je suis prête à aller découvrir Séville, mais pas à prendre l’avion. J’ai peur un peu.

Il me tarde de faire cette expérience de marcher et de voir des paysages magnifiques, même si je sais que ça va être très dur physiquement. Mais bon, tout se joue au mental, il n’y a pas de raison que je n’y arrive pas avec de la détermination.

H

Mardi 30 janvier : Séville

Aujourd’hui, je me suis levée vers les coups de 10h et demie. J’ai déjeuné tranquillement et je me suis préparée pour aller visiter la jolie ville de Séville avec Anthony.
Nous avons marché dans la ville, puis nous nous sommes arrêtés au Burger King pour manger le midi. Nous sommes repartis visiter la ville dans l’après-midi, avons fait quelques achats dont nous avions besoin, puis nous sommes rentrés au gîte. Ensuite, je suis allée sur internet 30 mn, comme prévu, pour parler avec mes amis et suis remontée dans la chambre. Nous avons fait les comptes avec Anthony et suis allée chez le dentiste. 
Après ça, nous sommes partis acheter ce qu’il me fallait pour écrire des lettres. 
Ensuite, nous sommes rentrés au gîte juste après, avons mangé un repas végétarien que les hospitaliers nous proposaient et qui était gratuit. Après ça, nous sommes allés dans la chambre pour bien nous reposer pour la nouvelle journée de demain.

Mercredi 31 janvier : Guillena

Aujourd’hui, je me suis levée sur les coups de 8h30. J’ai déjeuné, pris une douche et préparé mon sac pour aller marcher. Nous avons quitté l’auberge vers 9h pour aller à la poste acheter des timbres et poster mes deux lettres. 
Après, nous avons pris la route. Au début c’était difficile. J’avais du mal à me lancer. Puis petit à petit, ça allait mieux. Nous avons fait une pause pour manger, puis nous avons repris notre chemin. Là aussi c’était compliqué de se relancer. Après ça, je commençais à avoir mal au dos et à mon genou gauche, mais j’ai continué à marcher tout en ralentissant un peu. Nous sommes arrivés à Guillena vers les coups de 16h15. Nous sommes allés à l’auberge pour nous reposer un petit peu. J’avais toujours un peu mal à mon genou, mais ça allait mieux.

Jeudi 1er février

Aujourd’hui, je me suis levée à 6h40. J’ai déjeuné et me suis préparée assez vite pour être à 9h à l’hôpital de Guillena pour mon genou gauche. J’ai vu un médecin pas très spécialisé qui m’a dit que j’avais une tendinite à mon genou. Nous lui avons demandé de faire une radio pour nous rassurer, mais il nous a dit que ce n’était pas possible. Après ça, nous sommes allés à la pharmacie acheter les médicaments qu’il m’avait prescrits et sommes allés à l’arrêt de bus attendre le prochain car pour Séville afin de faire une radio là-bas.
Puis nous avons eu quelques minutes de bus, après nous sommes allés à l’auberge poser nos sacs et manger.
Nous avons pris le taxi qui nous a déposé à l’hôpital, nous sommes restés 3h30 à l’hôpital pour me dire que j’avais une entorse du genou et me conseille de me reposer quelques jours sans marcher. 
Après ça, nous sommes rentrés à l’auberge pour me rafraîchir et suis allée sur l’ordinateur 30 mn comme demandé et nous sommes allés manger. Un peu plus tard, nous sommes rentrés nous reposer après une journée dans l’attente.

Vendredi 2 et samedi 3 février 

Je me suis réveillée vers 10h, me suis préparée vite fait pour sortir acheter du chocolat au lait et des chocolatines pour déjeuner. Ensuite, nous sommes rentrés à l’auberge, avons mangé et sommes partis nous reposer en attendant des nouvelles de Paul pour nous dire ce que nous allions faire le jour suivant. Toute l’après-midi, j’ai lu mon livre et attendu des nouvelles. C’est en fin d’après-midi que nous avons eu Paul au téléphone. Pendant ce temps-là, j’ai dormi. C’est Anthony qui est venu me réveiller pour m’expliquer qu’on avait deux solutions à choisir. Je me suis préparée et sommes partis manger. Après avoir attendu quelques minutes le bus qui nous amenait à Madrid, nous avons encore attendu 2h à la gare de Madrid, le bus qui nous mènerait le plus près de la frontière pour voir un médecin le lundi pour lui demander si je peux reprendre la marche dans les jours qui viennent. Puis nous sommes rentrés à l’auberge nous reposer. 

Dimanche 4 février

Ce matin, je me suis réveillée à 11h. J’ai déjeuné tranquillement et regardé des dessins animés en espagnol, puis nous avons mangé des petits sandwichs le midi avec Anthony et sommes repartis au lit. J’ai fait une petite sieste, puis regardé la télé. Le soir, nous avons mangé et regardé la télé. Nous avons fait les comptes et sommes partis nous reposer pour que je sois en forme demain pour le médecin, enfin ! après quelques jours d’attente.

Lundi 5 février : Irun

J’ai commencé ma journée assez tôt vers 7h30 par-là, j’ai déjeuné avec deux gorgées de chocolat au lait et j’ai pris la route pour le métro qui nous a emmené à Hendaye pour ensuite prendre le train pour Saint-Jean-de-Luz. Nous avons marché quelques minutes et avons trouvé facilement le cabinet du médecin du sport. Nous avons patienté une longue heure, ensuite la dame nous a reçus. Elle a regardé mon genou gauche, j’avoue l’avoir agressée car elle m’a demandé de me déshabiller pour me regarder. Elle m’a dit à la fin du rendez-vous que ce n’était pas possible de reprendre la marche, mais comme Anthony lui a part des conséquences, elle m’a dit qu’il fallait que je me repose encore quelques jours et que je fasse un IRM.
Après ça, nous sommes rentrés au gîte à Irun. Nous avons regardé la télé et j’ai lu un peu mon livre. En fin d’après-midi, Anthony a eu Paul au téléphone qui lui a fait part de ma petite demande, si je pouvais appeler ma mère quelques minutes, histoire de la rassurer sur ma jambe. J’ai entendu sa voix inquiète et qu’elle était heureuse de m’entendre. C’était un réel moment de plaisir dont j’avais besoin. 
Après tout ça, nous avons mangé et nous n’avons pas tardé à aller dormir.

Mardi 6 et mercredi 7 février : Irun

Je me suis réveillée vers 11h, j’ai déjeuné et je suis restée dans mon lit toute la journée à écrire ou à lire mon livre. Je n’ai pas trop parlé avec Anthony. C’était une journée dans le silence. 
Une fois avoir pris notre douche, nous sommes sortis prendre l’air, avons fait développer ? photos de moi quand nous étions à Séville. Puis nous sommes allés manger un bout. Nous avons préparé nos sacs et attendu l’heure pour quitter l’auberge. C’est à 8h que nous nous sommes dirigés vers la gare d’Irun pour prendre le train jusqu’à Saint Sébastien. 
Nous avons mangé un bout et nous avons pris la route pour aller à la gare des bus. Nous avons patienté une heure et nous sommes montés dans le bus. Il y avait très peu de gens, donc Anthony et moi avons pris deux places chacun pour nous allonger. Nous sommes arrivés à la gare de Rennes à 8h du matin. 
Nous avons rejoint l’autre Anthony. Ils ont bu un café et nous avons attendu Paul qui devait nous rejoindre. Il m’a parlé et m’a rassuré pour ma marche. Il m’explique que j’ai rendez-vous demain à 17h et selon le résultat, nous verrions pour la suite. 
Nous avons parlé encore quelques minutes et nous avons pris la route pour l’auberge avec les deux Anthony. Nous sommes partis faire quelques courses. Cela ne s’est pas très bien passé et ça m’a vite agacée, mais je ne veux pas rentrer dans les détails.  
Nous arrivons à l’auberge. Nous parlons encore avec la personne qui nous accueille. Après ça tout le monde est parti. Anthony et moi avons regardé la télé presque toute la journée et nous sommes allés dormir pas trop tard et j’espère dormir mieux que la veille.

Jeudi 8 février

Aujourd’hui, je me réveille vers 11h. Je déjeune très rapidement et je regarde les dessins animés jusqu’en début d’après-midi. Nous nous sommes beaucoup ennuyés toute la journée car on a rien fait. Vers 18h40, Anthony est venu nous chercher pour aller faire quelques courses, puis nous sommes rentrés au gîte, avons regardé la télé et finissons par aller nous coucher.

Vendredi 9 février

Aujourd’hui, Anthony m’a réveillée à 10h30 pour me dire que l’autre Anthony venait nous chercher à midi pour aller au cinéma. Au début, j’étais furieuse et pas du tout contente. J’avais mal au ventre à cause de “mes problèmes de fille”, puis je déjeune énervée tout en lui expliquant que ce n’était pas à lui que j’en voulais. Puis je prends ma douche et regarde des dessins animés en attendant Anthony pour qu’il vienne nous chercher. 
Il nous emmène au cinéma et nous donne rendez-vous lorsque c’est fini. Nous sommes partis regarder Les Tuches 3, on a pas mal rigolé, ça nous a détendus. Après, nous avons rejoint Anthony qui était avec Paul et Clémence. Nous avons parlé quelques minutes, puis sommes partis voir le médecin du sport qui nous a fait attendre quelques minutes. Il nous reçoit, me regarde la jambe et après quelques minutes, nous explique que j’ai besoin de faire de la rééducation pendant un mois, que je dois faire du vélo, mais que je pourrais faire la marche normalement. Nous sommes rentrés au gîte. J’étais un peu contrariée, mais Anthony avait raison “c’aurait pu être pire”. 
Nous avons joué aux cartes, avons mangé et ne tardons pas à aller au lit.

Samedi 10 février : Rennes

Je me suis réveillée à 13h30. Je déjeune et commence à râler un peu auprès d’Anthony. Je lui fais part que je commence à perdre patience sérieusement sur cette longue attente depuis quelques jours. Il me rassure qu’il n’y a pas trop de raison de dramatiser sur la situation pour le moment et qu’il faut être patient.
Clémence nous a appelés un peu plus tard pour nous dire que la marche est peut-être suspendue pendant quelque temps, mais qu’il ne fallait pas que je m’inquiète, rien n’était décidé pour le moment. Elle me dit qu’il faudra attendre des nouvelles de Paul et que nous n’aurons sûrement pas de réponse avant lundi et que pendant ce temps, il fallait que je m’occupe comme je pouvais au gîte. 
Après ça, nous jouons aux cartes et regardons la télé. Nous parlons pendant quelque temps et faisons à manger. Nous regardons la télé et allons dormir.

Dimanche 11 février : Rennes

Anthony m’a réveillé à 11h, comme je lui avais demandé. Je déjeune et commence à faire un peu de ménage. J’ai eu Clémence au téléphone pour une demande personnelle. Après ça, j’ai filé à la douche puis j’ai repris le ménage. Anthony s’était reposé un peu. Il commence à attraper un rhume. 
Une fois le ménage presque fini, j’ai commencé à préparer les hamburgers. Une fois fini, nous rigolons un peu et je reprends mon ménage. Une fois tout fini, je me prépare et nous attendons Clémence. Lorsqu’elle arrive, elle nous dit ce qu’on pourrait faire. Je lui montre que cela ne “m’enchante pas des masses”. Il me fallait quelques minutes à me convaincre. On est allé voir un truc d’exposé sur la magie et la sorcellerie, il y avait des poupées qui avaient des clous plantés sur tout le corps, ça serait de la magie ou de la sorcellerie noire. Personnellement c’est pas du tout mon truc.
Après ça, nous sommes allés dans un petit restaurant en face. J’ai pris une glace bien bonne et eux des chocolats chauds. 
Après ça, nous sommes allés voir la prison des femmes de Rennes. Je leur avais fait part de cette demande depuis le premier jour. J’étais contente d’être devant le portail de la voir. Cela me rappelait toutes ces années étant plus jeune. Je suis restée 15 mn à la regarder dans tous les détails, puis nous sommes rentrés au gîte. 
Nous regardons un peu la télé, mangeons des hamburgers aussi. J’ai fait mes deux lettres en regardant un film à la télé. Anthony est parti se coucher avant moi et je suis allée au lit.

Lundi 12 février : Rennes

Aujourd’hui, je me suis réveillée à 13h. Je déjeune et me pose sur le canapé pour regarder les dessins animés le temps que je me réveille tranquillement. Anthony finit sa douche et j’y vais à mon tour. Après ça, je fais un peu de ménage et Anthony prépare la pâte à crêpes. Nous regardons la télé le temps qu’elle se repose. Nous faisons les crêpes, nous les mangeons comme il faut, elles étaient bonnes. Après ça, nous avons regardé la télé et joué aux cartes. Après, Paul nous a appelés pour nous dire qu’il attendait que la juge revienne jeudi ou vendredi et que d’ici là on devait attendre les nouvelles, encore, et que pour le moment Clémence s’occupera de nous pendant la semaine avec des activités. 
On a attendu quelque temps et Clémence est arrivée. On lui a fait un thé et on lui a donné des crêpes. Elle m’explique notre semaine et notre journée de demain. Je n’étais pas trop enchantée. Je ne lui en ai pas fait part, mais on le voyait sur mon visage. 
Anthony est rentré dans la discussion et lui fera part de ma discussion avec lui peu de temps avant qu’elle n’arrive. Clémence me regarde et m’explique qu’il n’y a pas de raison que je m’inquiète tant que ça. Je lui fais part de mon sentiment. Sérieuse, elle me regarde et rigole bêtement. Sur le coup, je l’ai vraiment mal pris. Je lui dis “que je ne parle pas avec elle vu qu’elle a l’air de rigoler”. Je me lève, prends la télécommande et pose devant la télé. Elle me demande de revenir à la table. Je lui dis que non, je n’ai tout simplement pas envie de parler avec elle et je lui fais bien part de mon énervement. Elle me dira juste qu’elle ne pensait pas que j’étais vraiment énervée. 
Bref, tout cela m’a vraiment saoulée. Elle est partie et je ne lui ai pas adressé la parole. J’étais vraiment furieuse. Je suis allée fumer une clope pour me calmer, mais je pensais qu’après ça, il m’a fallu une bonne heure pour un peu redescendre. J’ai regardé la télé toute seule. Anthony dormait déjà, il se lève tôt demain matin. Je ne le verrai même pas partir, je dormirai sûrement. Je stresse à l’idée de savoir que Clémence va me garder toute la journée. Il me tarde déjà d’être demain soir !

Mardi 13 février : Rennes

Aujourd’hui c’est Clémence qui me réveille. Cela m’a fait trop bizarre, elle est venue me réveiller une première fois comme Anthony. Je ne me suis pas réveillée. J’assume, elle est donc revenue une deuxième fois mais cette fois-ci, je ne l’ai pas aimée du tout. Elle a ouvert la porte en me disant “réveille-toi” et en continuant à me parler, moi qui dormais. Cela m’a très vite monté de l’entendre me parler, je me suis levée et je lui ai crié dessus “que je vais me réveiller et que même Anthony, il ne me réveille pas comme ça”. Je me lève donc du lit, je descends boire mon chocolat du matin, je fume ma clope. 
Jusque-là j’étais encore énervée contre son réveil. Je me pose sur la table et je pense, je me mets à lui poser une question “c’est à quelle heure mon rendez-vous au kiné ?” Elle me dira que c’est à 16h30 et puis elle finit par me dire “bonjour Hassina, encore énervée et la tête dans le gaz”. Je ne réponds pas, elle finit par s’asseoir à côté de moi et de me parler encore.
Je l’écoutais sans l’écouter, c’était le matin, il n’y avait même pas Anthony comme d’habitude.
J’avais tout simplement pas envie de passer la journée avec Clémence, je venais à peine de me réveiller. Il n’était même pas midi qu’il me tardait déjà d’être à 19h30.
Elle me dit qu’on ira au hammam demain avec Anthony. Pour moi, c’était cool et après ça elle me dit qu’après avoir fait les courses, on ira au bowling. Pour moi c’était mort. Je n’irai pas au bowling. 
Après quelques minutes, elle me convie d’y aller, après tout il n’y avait rien à faire au gîte. J’ai pris ma douche et nous prenons la route. Il était 12h30, elle me dit qu’on allait faire les courses d’abord. Je lui dis que normalement les magasins sont fermés entre midi et deux. Elle me dira juste “non”. Arrivées à Intermarché, c’était fermé, donc j’avais raison. Pensant que nous allions rentrer au gîte, elle me dit que nous partons au bowling maintenant. J’étais dépitée, je pensais y aller l’après-midi. 
Bref, on prend la route, nous arrivons à notre destination et je lui dis “qu’il est vraiment beau le bowling”. Je commence à être contente. Nous faisons trois parties, dont je gagne les deux premières, on rigolait beaucoup. J’aimais bien, après ça, nous sommes parties manger un kebab à Rennes. Nous nous sommes promenées dans les rues, le temps passait vite, on part au kiné faire ma première séance. Tout se passait bien. Après nous sommes reparties nous balader dans les rues. Nous sommes tombées sur une petite vitrine de perles. Par curiosité nous rentrons dans le magasin, c’était rempli de perles de toutes les couleurs, toutes les formes, c’était joli à voir. Clémence me proposa d’en prendre pour faire quelques bijoux. J’accepte avec plaisir. Je choisis quelques perles très jolies pour ma mère et partons en voiture. Sur le chemin de l’auberge, nous nous arrêtons au magasin faire les courses et rentrons à notre destination finale. 
Une fois arrivée, je commence à ranger le gîte, vaisselle etc… Clémence me propose d’aller chercher Anthony avec elle. Je refuse et lui dis que je vais préparer à manger.
Une fois Clémence et Anthony arrivés, le repas était prêt. J’étais trop contente de voir enfin Anthony, on mange tout en lui racontant ma journée.
Clémence part, on parlait et y rigolait avec Anthony. Je lui ai fait part que j’ai passé une bonne journée au final, mais que plus jamais il me laisse (lol). Nous partons nous coucher pour une bonne nuit de sommeil et une grasse matinée pour moi.  
 
H

 

Mercredi 14 février : Rennes

 

Aujourd’hui, c’était petite grasse matinée, Anthony m’a réveillée à 11h. Je me lève et déjeune. J’étais contente d’avoir eu un meilleur réveil et que mon accompagnant soit là, je parle un peu avec lui, puis je vais à la douche. Clémence arrive peu de temps après. Elle boit un café avec Anthony et nous prenons la route. Dans la voiture, Clémence parle beaucoup comme à son habitude. J’avais remarqué, elle aime beaucoup parler. 
Arrivés à la piscine, nous nous changeons et regardons tous les bassins et partons faire des longueurs. Quelques minutes après, nous allons dans le petit bassin pour nous laisser emporter par les bulles. C’était le kiff total. Nous avons fait un peu de toboggan, puis nous sommes allés dans le hamamm et dans le sauna. C’était bien. Aussi par moments, je sortais et je re-rentrais. Après il faut mettre de l’eau froide, je ne comprends pas pourquoi. Puis, nous sommes repartis nous baigner un peu. 
Clémence est sortie avant nous en nous disant qu’elle nous attendait devant et que nous pouvions prendre notre temps. C’était bizarre, “mais pas de souci” nous lui avons juste répondu. Nous restons encore quelques minutes avec Anthony, puis nous sortons rejoindre Clémence à la voiture et partons pour arriver peu de temps après. Clémence nous a dit “au revoir” dans la voiture. Elle était pressée. Puis nous rentrons au gîte, mangeons, regardons la télé et nous reposons.
 

Jeudi 15 février : Rennes

 

Je me réveille à 11h, déjeune tranquillement et range le gîte avec Anthony. Nous prenons les vélos et partons à Intermarché. 
Après Clémence vient nous chercher. Le rendez-vous chez la kiné s’est bien passé, puis Clémence nous ramène au gîte. Je me repose, nous mangeons des fajitas et allons manger.

 

Vendredi 16 février : Rennes

 

Aujourd’hui, Anthony me réveille à 8h, mais je me suis levée plus tard à 8h50 à peu près, je déjeune et je l’aide à ranger le gîte. Clémence arrive peu de temps après. Nous rendons le gîte propre et partons en voiture pour notre nouveau gîte que nous allons occuper quelques jours. Je me prends la tête avec Clémence sur la route, donc je ne parlais plus, de toutes façons, c’était mieux comme ça. Clémence est restée peu de temps au gîte. 
Nous nous sommes installés tranquillement avec Anthony. Après, nous avons mangé un petit bout, puis nous avons marché autour du gîte pendant une heure comme Clémence l’avait demandé et nous sommes rentrés au gîte pour me préparer. Peu de temps après Clémence arrive et me demande de me préparer. Je lui dis “que je le suis déjà”. Nous partons en voiture avec Anthony. Je n’ai pas parlé pendant tout le trajet.
Arrivés au parking, nous avons rejoint Paul qui était au bout de la rue. Jusque-là tout se passait à peu près bien. Nous sommes partis dans un bar prendre une boisson chaude, bref, Paul a commencé à me parler. Je lui réponds pour les premières tranquillement, puis la tension est montée de plus en plus. Je n’ai pas envie de rentrer dans les détails, ce n’était pas ma journée, je l’avais compris.
Puis nous sommes partis au kiné. J’ai fait ma séance en quelques minutes et nous sommes rentrés au gîte avec Anthony et Clémence. Je restais entre la haine et le silence dans la voiture. Arrivée au gîte, je ne parlais pas non plus. Puis Clémence a commencé à faire mon planning pour la semaine. Je ne parlais pas, mais j’écoutais. Je n’avais que ça à faire qu’écouter. Elle m’a demandé mon avis, mais je me suis contentée de la regarder. 
Elle a commencé à hausser le ton en me disant qu’elle ne pouvait pas savoir si je ne dis pas que je m’ennuie.  Je lui dis que, de toutes façons, ce que je pensais avait peu d’importance, que ça allait que dans leur sens et pas le mien. Depuis le début j’avais compris. Bref, je suis montée dans ma chambre et j’ai attendu qu’elle parte pour redescendre.
J’ai fumé une clope avec Anthony et nous avons pris les vélos pour faire les courses à 8 km du gîte. Nous avons parlé et rigolé un peu. Il y avait des montées qui nous ont épuisés. Arrivés au Super U, nous faisons nos courses, reprenons nos vélos, il faisait nuit, mais on n’avait pas pris nos gilets, heureusement. On a pris un autre chemin un peu plus court pour rentrer. Puis nous avons mangé des hamburgers, regardé la télé, puis nous sommes allés dormir après une journée très lourde.

 

Samedi 17 février : Rennes

 

Je devais me réveiller à 9h30, mais je me suis réveillée à 11h. Après j’ai déjeuné tranquillement et je me suis préparée pour faire du vélo et aller à la piscine. Quelques minutes plus tard, tout avait changé. Anthony allait venir et nous faire courir 30 mn. C’était plutôt facile, mais par moments c’était dur. Puis nous sommes rentrés au gîte, avons mangé et repris les vélos. Nous sommes partis jusqu’à Combourg à la médiathèque. J’ai parlé un peu avec mes copines, après nous sommes allés à la piscine, mais elle était fermée pour des cours. Nous étions dégoutés. Nous sommes partis à Hyper U faire quelques courses, puis sommes repartis un peu à la médiathèque. J’ai parlé un peu avec mon copain. Nous avons repris nos vélos et sommes arrivés au gîte. Là, nous avons regardé la télé, j’ai pris un bain, avons mangé, puis nous sommes partis au lit nous reposer. 

 

Dimanche 18 février : Rennes

 

Anthony me réveille à midi. Je déjeune tranquillement et nous nous préparons. Une fois prêts, nous nous échauffons un peu et commençons à courir 30 mn. J’ai eu du mal à me lancer. J’avais mal aux jambes. J’avais des crampes partout, mais j’ai tenu. Nous avons fait le retour à pied et sommes rentrés au gîte, avons mangé, puis nous nous sommes reposés un petit peu, nous nous sommes repartis en vélo jusqu’au petit village à côté à 8 km. Là, on a bu un petit chocolat chaud et avons repris notre route jusqu’au gîte. Nous nous posons un peu devant la télé et mangeons. Je prends un bon bain. J’ai kiffé. Après, j’ai regardé un peu la télé et je suis partie dormir.

 

Lundi 19 février : Rennes

 

Je me suis réveillée à 10h15, Anthony était venu me réveiller à 9h30, mais bon… J’ai déjeuné et attendu l’autre Anthony. Il avait une heure de retard, moi personnellement ça m’arrangeait, comme ça je pouvais bien me réveiller. A midi, nous sommes partis, Anthony et moi. Nous avons couru 43 mn et fait quelques petits exercices J’étais épuisée, m’ai j’ai tenu aussi. Après nous sommes rentrés. L’autre Anthony était déjà là, nous avons mangé un” petit bout”, nous nous sommes reposés, puis nous avons pris nos vélos pour aller à la piscine, mais arrivés devant la piscine, ils nous disent que c’est fermé, ce n’est que pour les scolaires. J’étais dépitée. 
Bref, nous reprenons notre chemin et passons au Super U prendre ce dont nous avons besoin, puis nous partons boire un chocolat chaud, ensuite nous rentrons au gîte. Il pleuvait et tout bref…. Nous nous posons devant la télé et faisons le blog et les comptes. Après nous avons mangé et regardé la télé. 
J’ai appelé ma mère. J’étais trop contente, elle m’avait trop manqué. Je l’aime trop. Je regarde un peu la télé et pars dormir. 

 

Mardi 20 février : Rennes 

 

Aujourd’hui, Anthony me réveille à 9h30. Il est revenu 3 ou 4 fois me réveiller. Ce n’est qu’à midi que je suis sortie du lit. J’ai déjeuné tranquillement et je me suis préparée. Nous sommes partis marcher jusqu’au village à côté. Nous avons fait les courses et nous sommes rentrés à pied aussi en portant les courses. Nous avons chanté et joué à “ni oui-ni non”. On était plutôt dans une bonne ambiance, arrivés au gîte on a goûté et regardé la télé. On a fait le blog et les comptes, puis nous avons mangé. J’ai pris un bon bain chaud et j’ai regardé la télé un peu fatiguée, puis suis montée faire dodo.

 

Mercredi 21 février : Rennes 

 

Ce matin, je me suis réveillée toute seule vers 10h30, puis je suis descendue pour déjeuner tranquillement. Pour une fois qu’il y a le soleil le matin, j’en profite avec Anthony. Après ça, je me suis préparée et j’ai attendu l’autre Anthony pour aller courir. Une fois arrivés, nous avons couru 30 mn, puis nous sommes rentrés au gîte. Nous avons mangé et regardé la télé. Anthony m’a demandé d’aller aux courses avec lui en vélo. Je lui ai dit que j’étais vraiment fatiguée et que je voulais me reposer. Une fois Anthony revenu, nous avons fait des crêpes, nous avons mangé, regardé la télé, fait le blog, les comptes, puis sommes partis au lit pour bien nous reposer pour le voyage demain en train. 

 

Jeudi 22 février : Rennes —>Saint-Jean-Pied-de-Port

 

Ce matin, Anthony m’a réveillée à 6h, il est revenu trois fois je crois et c’est vers 7h que je suis sortie du lit. J’ai déjeuné rapidement, fumé ma clope, me suis habillée, rangé mon sac comme je peux et rangé les derniers petits trucs qui restaient. Clémence est arrivée et nous a déposé à la gare de Combourg, elle a attendu avec nous le train, puis est partie lorsque le train est parti. Arrivée à Rennes, je fume une clope en attendant notre deuxième train pour Paris-Montparnasse. On avait 1h30 d’attente à peu près et nous sommes donc partis boire un chocolat chaud “en or” vu le prix. Après ça, nous avons attendu que notre troisième train arrive pour aller à Bayonne. C’était long. Une fois arrivés à Saint-Jean-Pied-de-Port, nous avons marché quelques minutes pour trouver l’auberge. Monsieur Eric nous accueille bien, il avait l’air très gentil. Il me présente un vieux monsieur très gentil aussi qui était très spécialisé dans la kiné. Il regarde mon genou, me masse un peu et me fait attendre. Nous parlons avec lui et Anthony. Ce monsieur a fait 145 fois le chemin. J’étais choquée vraiment, mais je prenais ça comme un exemple. Une fois sur 145 c’est rien, alors moi aussi je peux le faire. Après ça, nous parlons un peu avec le vieux monsieur et montons dormir dans notre chambre.
  

 

Vendredi 23 février : Saint Jean-Pied-de-Port 

 

Ce matin, je me suis réveillée à 10h. J’ai déjeuné et pris ma douche. Une fois prête, nous sommes partis dans la petite ville pour trouver un magasin de sport. Je choisis ma serviette et Anthony ses chaussures. Après ça, nous avons fait quelques courses, nous rentrons à l’auberge tout en nous baladant un peu. A l’auberge, il y avait un ordinateur, j’y suis allée le temps que le taxi arrive pendant près de 43 mn. Anthony n’était pas trop content, mais après ça nous avons parlé et rigolé un peu. Nous prenons le taxi, le chauffeur était gentil, très accueillant. Tout le long de la route, il y avait de la neige, j’étais dégoûtée. Il faisait très froid. Nous arrivons à l’auberge, mais elle n’ouvrait qu’à 16 h et comme il n’était que 15h30, nous sommes partis boire un café. Après ça, nous sommes repartis à l’auberge où nous avons attendu quelques minutes, puis après avoir fait tamponner nos cartes, nous sommes rentrés dans nos chambres. Il y avait au moins dix personnes avec nous, ça m’a choquée un peu, mais tant que j’ai de l’eau chaude tout va bien. Après ça, j’ai pris ma douche et fait le blog, les comptes. Je m’ennuyais un peu, mais j’étais tellement fatiguée que cela ne me dérangeait pas. Une fois la nuit tombée, j’ai mangé et je n’ai pas tardé à me coucher.  

 

Samedi 24 février : Zubiri

 

Ce matin, j’ai été réveillée par les randonneurs. Je déjeune vite fait et prépare mon sac. Sur les coups de 8h, nous commençons à marcher. Nous avons eu du mal au début, mais après 1h, nous avons rigolé, nous sommes plus détendus, puis nous avons fait une pause pour manger, après nous avons repris notre route mais c’est toujours compliqué de repartir après une bonne pause, on chantait beaucoup, c’était rigolo, on a fait que deux petites pauses de quelques minutes et avons repris notre marche. Nous sommes arrivés à Zubiri vers 15h. Nous étions fatigués tous les deux, on a fait 23 km. J’étais contente que ma journée se soit passée comme ça. 
Nous sommes allés à l’auberge, avons pris une douche et nous avons fait des étirements. Nous sommes partis boire un jus dans la ville et sommes rentrés faire le blog, les comptes et nous reposer pour la nouvelle journée de demain.

 

Dimanche 25 février : Pampelune

 

Ce matin, je me suis réveillée toute seule par les bruits des autres randonneurs dans la chambre. Il était 7h. J’ai déjeuné et préparé mon sac, puis nous avons pris la route vers 8h30. Nous avons marché tout en rigolant et en parlant. Nous avons fait quelques petites pauses. Les paysages étaient vraiment très jolis, mais pas tous ! Après ça, nous nous sommes retrouvés à marcher avec trois autres randonneurs, un irlandais, un italien et un allemand. Nous avons rigolé ensemble et parlons sur les huit derniers kilomètres qui nous restaient à faire.  Arrivés à l’auberge de Pampelune vers 17h, j’ai pris ma douche, fait le blog et les comptes. Puis nous avons mangé et sommes partis au lit après une journée de 22 km aussi.  

 

Lundi 26 février : Puente la Reina

 

Ce matin, c’est encore le bruit des randonneurs qui se préparent qui m’ont réveillée. Je crois que j’ai compris que ça va être ça jusqu’à la fin de la marche…. Je bois mon chocolat, fume ma clope et me prépare. Il était 7h à peu près, j’ai fait mon sac bien chargé et nous prenons la route. Il faisait tellement froid que même avec mes gants, j’avais froid aux mains. Après avoir marché quelques kilomètres, nous faisons une pause vers 10h, mangeons un sandwich et reprenons encore notre chemin. On était en plein milieu des montagnes, honnêtement même si j’étais fatiguée, c’était trop beau. J’étais contente un peu d’être là. D’en reparler, je m’imagine encore le moment.
Bref, on continue notre chemin et arrivons au sommet de la montagne. Il y avait beaucoup de vent par moments. Juste à côté de moi, il y avait les éoliennes. Nous nous sommes posés quelques minutes le temps de regarder et de repartir, mais moi je voulais manger et j’avais un petit mal aux jambes de la montée qu’on venait de faire. Je le dis à Anthony, mais il m’a dit “plus loin il y a vraiment beaucoup de vent”. Sur le coup je l’ai mal pris. Je lui ai juste dit “tu me saoules” un truc de ce genre. Je remets mon sac et pars devant lui sans l’attendre. On descend la montagne cette fois-ci après l’avoir montée pendant des heures. Il n’y avait que des gros cailloux et je descendais un peu vite, à un moment je suis même tombée, ça m’a encore plus saoulée, mais j’avais rien (hamdoulah), il y avait mon sac et les dix kilos qui me protégeaient. Puis nous nous sommes arrêtés pour manger et avons repris notre chemin. On marchait encore et encore et on refera deux ou trois pauses plus loin. Nous sommes arrivés à l’auberge vers 17h. Nous posons nos sacs et partons vite à la douche, le kiff de l’eau bien chaude après cette dure journée. On était dans la petite ville de Puenta la Reina. Nous avons fait 26 km aujourd’hui. Je suis “morte”, je mange, fais les comptes, le blog, puis je pars me reposer pour une nouvelle journée demain à marcher !!

 

Mardi 27 février : Estella

 

A 7h15, je me suis réveillée, j’ai déjeuné et préparé mon sac. Nous allons dans un petit magasin prendre à manger et prenons notre chemin. Nous étions avec un italien, Enrico. Nous avons fait une pause pour manger et reprenons notre chemin que Anthony et moi. Nous marchons doucement, mais sûrement, nous nous arrêtons beaucoup de fois. On a fait 22 km aujourd’hui. Après être les derniers à être arrivés à l’auberge à Estella, nous partons à la douche, puis nous dinons avec tous les autres randonneurs d’avant qui avaient déjà tout préparé et servi, c’était gentil. Après ça nous sommes partis nous coucher très tôt après cette journée. 

 

Mercredi 28 février : Estella - repos

 

Ce matin, c’est journée repos, mais le bruit des autres randonneurs me réveille. Je déjeune et dis “au revoir” aux randonneurs qui ont marché avec nous pendant quelques jours. Après ça, moi et Anthony avons décidé de ranger l’auberge, comme ça une fois fini on pourra dormir et quand la femme de ménage viendra il n’y aura rien à faire. Elle nous a remercié et nous sommes partis nous re-coucher un petit moment. Quand je me suis réveillée, j’avais trop faim. Nous sommes sortis manger un hamburger bien bon et en rentrant à l’auberge, il y avait déjà des nouveaux randonneurs. Nous faisons les comptes, le blog et partons avec d’autres manger. Nous ne tardons pas à aller dormir pour cette nouvelle journée de demain. 

 

Jeudi 1er mars : Los Arcos

 

Ce matin, ce sont deux personnes âgées qui me réveillent en parlant très fort. Il était 7h. Je déjeune et me prépare. A 8h30, nous quittons le dortoir et prenons notre chemin. Il y avait beaucoup de neige par terre et le temps était très humide. Il y avait de très jolies montagnes recouvertes de neige. Malgré ce froid, on avait du mal aussi à marcher mais petit à petit nous sommes arrivés vers 17h dans une auberge très sympathique. Nous nous douchons, comptes, blog fini, on mange. J’appelle ma maman d’amour, 20 mn comme prévu, ça fait trop du bien surtout qu’elle me manque de plus en plus. Après ça, je pars me coucher.

 

Vendredi 2 mars : Viana

 

Ce matin, je me réveille un peu vers 7h30. Je prépare mon sac, m’habille, bois mon chocolat au lait et prenons la route. Il faisait froid, mais plus beau que la veille. Nous marchons tranquillement, faisons quelques pauses au début quand j’avais un peu mal et repartons tranquillement. On arrive vers les coups de 14h30. On a fait 18 km aujourd’hui, ce n’est pas beaucoup par rapport au premier mois, mais c’est dur aussi. Nous nous douchons et mangeons un petit bout. Clémence nous appelle en nous disant qu’il faut aller voir un médecin avant de remarcher parce que ça fait deux jours que j’ai mal au tendon d’Achille. Nous partons voir un médecin, mais il nous dit que demain entre 10 et 11h, c’est ouvert. Nous partons boire un chocolat au lait et rentrons à l’auberge. Nous faisons les comptes, le blog et partons faire les courses. Nous mangeons et ne tardons pas à aller nous coucher.

 

Samedi 3 mars : Viana - bus

 

Ce matin, je me suis réveillée à 7h30. J’ai déjeuné tranquillement et préparé mon sac. Nous prenons la route pour aller à l’arrêt de bus et comme il était en avance on a dû courir et on a failli le rater. Nous allons à Logrono dans un hôpital pour mon pied. C’est passé vite. Ils m’ont fait une radio et donné des cachets. Elle nous a dit que c’était musculaire et qu’aujourd’hui il ne fallait pas marcher. Nous n’attendons même pas une heure et nous reprenons le bus pour revenir à l’auberge de Viana. Une fois arrivés, Anthony et moi faisons la sieste une heure, faisons les comptes, le blog, la préparation de l’étape de demain, mangeons et partons nous coucher.

 

Dimanche 4 : Navarrete

 

Anthony me réveille à 7h. Je me réveille une heure après. Je m’habille vite et prépare mon sac aussi vite. C’est parti pour marcher des heures. Nous avons fait une pause pour manger un peu avant Logrono et reprenons notre route quelques heures plus tard nous partons boire un chocolat chaud et repartons sur le chemin pour arriver à 16h. Puis nous avons enfin trouvé une auberge ouverte après les avoir toutes faites. Nous prenons une douche et partons goûter en ville. Nous rentrons, faisons les comptes, le blog, les étirements des muscles en attendant l’heure pour manger, une fois le repas terminé, nous partons dormir pour une nouvelle journée demain qui nous attend.

 

Lundi 5 mars : Navarrete - repos

 

Ce matin, Anthony me réveille à 8h. Je suis sortie du lit une heure après. Aujourd’hui, nous ne marcherons pas. C’est journée repos. Comme nous nous ennuyons beaucoup dans l’auberge, j’ai fait des colliers et des bracelets pour mes amis et ma famille. On a mangé une soupe et sommes partis nous reposer un peu. Trois autres randonneurs sont arrivés dans notre auberge “bonjour, bonjour” et sans plus. Cela nous saoule d’attendre comme ça. Anthony et moi nous aurions préféré marcher, même si j’ai mal à mon muscle du pied droit. Nous faisons les comptes, le blog, prenons notre douche et mangeons, puis nous ne tardons pas à aller nous coucher.

 

Mardi 6 mars : Najera

 

Ce matin, Anthony me réveille à 7h. Je me prépare, je déjeune et prenons la route. Pour le moment tout va bien, nous faisons une pause à la prochaine ville pour manger, puis nous reprenons notre chemin. Le paysage n’était pas très beau honnêtement, mais nous avançons petit à petit. La douleur de mon pied est revenue, mais encore plus forte que les jours précédents. J’avais vraiment mal et hâte d’arriver à Najera. Nous refaisons plusieurs pauses, mais des courtes. Anthony appelle l’autre Anthony pour lui expliquer la situation. Quelques minutes plus tard, un vieux monsieur en voiture passe, Anthony l’arrête, lui demande où il peut nous déposer. Il ne nous restait même pas 3 km. Il nous prend en voiture et nous dépose jusqu’à l’auberge, mais arrivés devant, elle est fermée. Nous avons dû attendre jusqu’à 15h et il n’était même pas 13h. Nous sommes allés dans un bar boire un chocolat chaud en attendant l’ouverture de l’auberge qui est très jolie et accueillante. Nous prenons notre douche, faisons les comptes, le blog puis nous mangeons. 
Après ça, Anthony nous appelle pour nous dire que nous allons nous reposer quelques jours, le temps que mon pied droit aille mieux. Je suis vraiment dégoûtée, j’ai l’impression que l’on ne va jamais la finir cette marche. Après ça, nous allons fumer une clope et partons nous coucher à 10 h.

 

Mercredi 7 mars : Najera

 

Ce matin, Anthony me réveille à 7h. Je déjeune et m’habille. Nous laissons nos sacs de marche dans l’auberge et partons au Centre de Salud pour mon pied. Nous avons attendu une heure et vu le médecin qui m’a dit que c’est mon tendon. Il faut deux jours de repos, mettre de la glace trois fois par jour et boire beaucoup d’eau. Nous repartons à l’auberge pour leur donner le papier montrant que je ne peux pas marcher et qu’il nous faut dormir une nuit de plus chez eux. Il faisait le ménage, donc nous sommes partis boire un chocolat chaud et manger une tortilla. Après, nous sommes allés à la bibliothèque pour me connecter à internet. Je suis restée 30 mn. Nous sommes rentrés à l’auberge pour nous reposer une heure, puis nous avons fait notre nouveau plan de marche, le blog et les comptes, fait les courses pour ce soir et demain. Puis nous allons manger et partons nous coucher pas trop tard, même si demain nous ne marchons pas, une fois de plus. Je perds espoir et courage, mais bon, je n’ai pas le choix.

H