Seuil

Marche de Jorxxx accompagné par Mathilde du 24-2-2017 au 24-5-2017

 

Le 24 février 2017

Cher blog,
Je m’appelle J., j’ai 16 ans. Ça faisait depuis plusieurs jours que j’attendais mon départ et Paul m’a appelé pour me dire que je partais mardi au séjour de rupture.
Depuis mardi, je suis dans un gîte à côté de Rennes pour le stage d’avant marche, avec Mathilde, mon accompagnante. Et je voudrais vous faire part de mes activités. En arrivant, Anthony m’a dit que jamais un jeune n’avait réussi à attraper un lapin et moi je m’en suis donné la possibilité. Je vais vous expliquer mon idée de génie : j’ai installé mon propre piège à lapin ! J’ai fait un nœud coulissant que j’ai accroché à la barrière, puis j’ai mis une carotte. Et le lendemain, au réveil, j’ai aperçu un lapin pris au piège ! J’ai aussi vu plein d’animaux comme un âne, des chevaux, un écureuil et voilà. J’ai aussi jardiné et fait de l’escalade.
J’ai quand-même marché aussi, environ 15-20 km, et j’ai bien aimé. C’est bien mais quand-même un peu long, j’ai hâte d’être en Espagne même si ici je me sens bien parce que je suis à la campagne, j’ai plein de tracas dans ma tête. J’ai envie d’appeler ma mère et mes potes me manquent. Avant le départ, je suis vraiment paré et prêt à cette aventure. 

J.

Le 4 mars 2017

Cher blog,

Samedi soir, nous avons pris le bus et après une nuit complète nous sommes arrivés à Vega de Ribadasella, chez Marina. Dès notre arrivée, elle nous a emmené à la plage au bord de l’océan, puis elle m’a prêté une canne à pêche et j’ai pêché un petit poisson dans la rivière. J’en ai fait un appât pour pêcher dans l’océan.
Le lendemain, nous avons fait 15km de canoë : il y avait des gros poissons. J’ai passé une très bonne journée.
Le deuxième jour, nous sommes retournés dans la rivière où nous avons fait du canoë car il y avait des gros poissons pour que je puisse pêcher. Ce jour-là il pleuvait mais je suis quand même resté une heure à attendre, mais je n’ai rien pêché. Nous sommes donc rentrés.
Il faut que vous sachiez que j’ai une grande passion : la boulangerie.
Donc Marina m’a appris à faire mon premier pain. Ici, je me sens bien, c’est bien avec Marina, elle m’apprend beaucoup de choses et je la trouve rigolote. Par contre j’aimerais bien rester un peu plus, même les trois mois pour pêcher tous les jours ! Mais je suis quand même content d’aller jusqu’à Finisterre parce que je pourrai pêcher là-bas. Mais l’aventure ne me fait peur.
J.

Le 17 mars 2017

Cher blog,
Cela fait maintenant 3 jours que je marche. Nous sommes partis de Pampelune et aujourd’hui, nous sommes à Los Arcos, c’est un joli petit village.
Je trouve que la marche est dure, vraiment dure ! J’ai mal au dos à cause du sac et aux jambes à cause des kms. On a déjà fait 68 km et c’est vraiment beaucoup quand je vois les éoliennes de Pampelune qui sont loin, loin derrière nous. C’est aussi dur dans ma tête, ma mère me manque beaucoup, il y a des jours où je voudrais être chez moi. En fait, j’y pense tous les jours ! Mais comme je suis courageux, je tiens le coup. C’est aussi grâce à Mathilde parce qu’elle croit en moi, et aussi l’équipe de Seuil qui m’encourage au téléphone. Je marche plutôt bien, beaucoup plus vite que Mathilde je la mets à l’allemande. Non, je rigole, à l’amende. J’ai rencontré des papis français qui m’ont bien fait rigoler, ils m’appellent la mascotte. 
Demain, nous partons direction Viana.
J.

21 Mars : Villar de Mazarife 

Aujourd’hui, nous devons faire 21 km. Et après 10 km, on s’est retrouvé sur un pont au-dessus de l’autoroute.
Nous avons crié « nous sommes des Explorateuuuurs », parce que lorsqu’on marche on a du feu, des couteaux, des sacs de couchage et on doit suivre des flèches comme si c’était des traces d’animaux.
Hier à Léon, j’ai retrouvé Dominique et on communique (mdr).

24 Mars : Astorga

Aujourd’hui, je suis à Astorga pour un jour de repos. Hier, quand nous avons marché sur le bord du chemin, nous avons rencontré David. C’est un espagnol qui habite au bord du chemin, sans eau ni électricité depuis 27 ans. Nous avons fait une grande pause pour que je puisse l’aider à faire de la construction : de l’enduit.
Ce matin, nous sommes allés voir l’église d’Astorga et devinez ce que j’ai trouvé par terre… suspense … 50 €. On part donc à la recherche de magasins de fringues pour que j’achète plein de trucs avec.

26 Mars : Ponferrada

Aujourd’hui, je suis à Ponferrada. J’ai marché 30 km environ. J’ai marché dans la neige et j’ai fait des boules de neige.
J’ai aussi marché avec deux françaises Manon et Inès et c’était cool.
Quand je suis arrivé dans la ville, il y avait une rivière et je suis allé pêcher avec Alex, un canadien pêcheur qui m’a montré comment faire. 
Le poisson était tellement gros que lorsqu’on a tiré ça a cassé le fil. 
Ce soir par contre, j’ai trop mal aux pieds.
J

28 Mars : O’ Cebreiro

J’ai fait une première demi-étape en autonomie hier, environ 15 km. J’ai marché avec deux australiennes et ça s’est bien passé. Il y a une semaine, j’ai rencontré Hoon, un coréen de 21 ans et aujourd’hui on a marché avec lui.  On a fait que rigoler. Il est vraiment trop drôle. Il dit tout le temps « Oh my friend ! » avec son accent coréen, c’est trop drôle. On est tous les deux devant, on allait super vite, alors on a fait 15km de montée. Demain, je fais une étape entière en autonomie, j’ai prévu de la faire avec Hoon. On va partir tôt le matin. Quand je marche, je pense souvent à ce que je vais faire en rentrant : essayer de faire un stage dans la pâtisserie et la boulangerie.


30 Mars : Triacastella

Aujourd’hui, j’ai fait 24km, Mathilde 19, car elle a fait sa Diva en prenant le taxi. Non je rigole, j’avais fait des bêtises. J’ai marché avec trois françaises qui m’ont dit que j’avais de la chance d’être ici, que tout le monde n’avait pas le droit à une deuxième chance. Je pense beaucoup à ça quand je marche. Mathilde est vraiment une bonne personne.

J

 

Samedi 29 Avril : 

Hier, nous avons marché 17 km. 
Sur le chemin, nous avons vu des chevaux. C’était une famille avec la jument qui était la maman, le papa et un poulain. Je leur ai donné à manger et j’ai essayé de les dompter et on peut dire que j’ai réussi. 
En face, il y avait une bibliothèque, mais elle était close. 
Le paysage est magnifique avec la mer à côté de nous, on aurait dit qu’elle nous suivait, qu’elle nous montrait le chemin.
Aujourd’hui, c’était 24km. 
Nous sommes allés pêcher dans un endroit magnifique. Nous avons fait comme Indiana Jones, nous sommes descendus à la plage par une grande descente où il fallait se tenir par une corde comme en rappel. 
J’ai pêché, puis j’ai laissé Mathilde utiliser ma canne à pêche. Catastrophe ! 2mn après, quand j’ai repris ma canne à pêche, je ne pouvais plus tirer dessus. Bref.
Quand j’ai marché, j’ai eu mal à la main et j’ai pensé à plein de choses. Tout ça m’a fait pleurer. Bref, j’ai quand même continué à marcher, puis ça allait.

 

Mercredi 3 Mai :

Aujourd’hui, nous voulions aller à l’aquarium, mais malheureusement c’était fermé. Donc, nous sommes partis à la plage. Nous avons fait nos sandwichs, puis je suis parti nager. L’eau était très froide.
Je me suis engu.. avec Mathilde, je lui ai dit des gros mots.
Ensuite, nous sommes rentrés. 
Le paysage est magnifique.

Aujourd’hui, j’ai marché 22km sur le bord de la route.
A midi, nous avons mangé deux sandwichs, fabrication purement espagnole.
Le paysage est magnifique.
A tous ceux qui lisent mon blog, je vous dis de faire ce chemin, faites-le pour vous, pas pour les autres. Bon chemin.

J’ai eu l’habitude de mentir dans mon jeune âge à cause de mon père et grâce à Mathilde, mon accompagnante, j’ai compris que cela ne menait pas loin, donc pour moi, c’est fini tout ça, j’ai changé. La vie ne tient qu’à un fil, donc pourquoi ne pas en profiter.
Pour moi, grâce à cette marche, j’ai changé. Merci Paul, merci papi. 
Je pense que je serai plus moi dorénavant.
J

Le 18 mai 2017 : O’Cebreiro

Cher blog, 

Aujourd’hui, c’est le jour final. On a mis fin à la marche. Malgré la fin de cette marche, j’ai compris que personne n’est chef. Les gens ne sont pas là pour recevoir mes désaccords. J’ai appris qu’on ne fait pas ce qu’on veut et qu’il faut respecter les gens.
J