Seuil

Marche de Lexxx accompagnée par Mathilde du 15-09-2017 au 15-12-2017

 

Vendredi 15 septembre : Rennes - Saint-Jean-Pied-de-Port

Chers lecteurs, chères lectrices,
Hier, nous avons pris notre train à Rennes pour aller à Paris. Le trajet a duré 2h environ. Nous avons mangé à la gare et avons vu la Tour Montparnasse, puis nous avons pris un autre train pour aller à Bayonne. Le trajet a duré 4h. Nous avons visité Bayonne, ville magnifique. 
Puis nous sommes retournées à la gare pour prendre le train de Saint-Jean-Pied-de-Port. Le paysage est très agréable à regarder.  Arrivées à destination, nous avons cherché le gîte Du Chemin des Etoiles et nous avons découvert notre pièce à dormir. Cela était stressant, parce que je dormais avec des hommes dans la même pièce, mais avec le temps, je vais m’habituer. 
Après avoir posé nos sacs, le propriétaire du gîte nous a indiqué un restaurant : Hurrup Eta Klik qui était très bon. Ensuite, nous sommes rentrées et nous nous sommes couchées.
A bientôt pour de nouvelles aventures

Samedi 16 septembre : Roncevaux

hers lecteurs, chères lectrices,
Ce matin, nous avons marché dans le centre ville pour aller à la citadelle. C’était beau et ancien. Ensuite, nous sommes allées faire les courses.
Dans l’après-midi, Mathilde et moi avons écrit nos cartes postales pour les envoyer. Puis nous avons pris un taxi pour arriver à destination et découvrir le gite. Les dortoirs sont plus nombreux et il y a beaucoup d’hommes.
En arrivant, j’ai vite remarqué que tout le monde était sur son téléphone.
Nous avons discuté avec des brésiliens, mais je n’ai pas tout compris. Mathilde a cuisiné des pâtes au thon. C’était très bon. Ensuite, je suis allée à un distributeur pour aller chercher une friandise.
A bientôt pour de belles aventures.

Dimanche 17 septembre : Zubiri

Chers lecteurs, chères lectrices,
Aujourd’hui, nous avons marché 22km. Nous sommes parties de Roncevaux pour aller à Zubiri. C’était très dur, surtout dans les montées. Au bout de la deuxième montée, j’ai craqué parce que c’était très dur. J’avais mal au dos, aux jambes, partout. Nous avons donc fait une pause et là Mathilde m’a consolée et m’a encouragée, alors je suis repartie et nous sommes allées dans le centre du village où se trouve le gîte. J’étais super contente et fière de moi parce que je n’ai pas lâché. Mathilde m’a donné le téléphone pour appeler mes parents. Lorsque j’ai entendu ma mère, j’ai craqué. Mes parents me manquent énormément. Lorsque Mathilde m’a dit de raccrocher, je n’avais pas trop envie, parce que j’avais tellement de choses à dire et je me suis remise à pleurer. 
Dans la soirée, j’ai fait une partie de cartes avec des américains. C’était marrant. Ensuite, nous avons mangé et avons discuté avec une française, le courant passait bien.

Lundi 18 septembre : Pamplona

Chers lecteurs, chères lectrices,
Aujourd’hui, nous avons marché 20 km. C’était très dur. Il fallait marcher avec les courbatures et c’était douloureux. Ce matin, j’étais très motivée et je marchais droit devant en regardant derrière pour voir Mathilde. Nous avons vu des beaux paysages, des chevaux, des chats, des chiens. Nous avons fait une pause un instant pour leur faire des câlins.
Après la pause du midi, nous avons rencontré deux français qui avaient deux chiens. J’étais fatiguée et épuisée, mais j’ai trouvé la motivation en promenant le chien. J’étais contente. A environ 3 km avant Pampluna, je me suis écroulée au sol, j’ai fumé une cigarette et j’ai pleuré parce que c’était dur. Je souffre, la parole et la présence de mes parents me manquent.
Je suis repartie et arrivée à Pampluna, j’ai pris ma douche, me suis étirée avec Mathilde et sommes parties dehors fumer. Nous avons discuté avec un américain Jacob. Je le trouve très gentil. Ensuite, nous nous sommes promenés en ville et nous tombons sur un chanteur de rue qui chantait « Let it be » et cette chanson, je l’écoutais avec mes parents et je me suis mise à pleurer sur le coup de l’émotion. En marchant, je tombe sur une boutique de bonbons, je suis partie vite en acheter. J’étais contente, ensuite nous sommes allées faire les courses, puis nous sommes rentrées.
A bientôt.

Mercredi 20 septembre : Villatuerta

Hier, nous avons marché sur le Mont Perdon. J’étais épuisée. Un homme est venu m’aider. Il s’appelle Jean. Il a su me motiver et même si la douleur était imposante, j’ai réussi à arriver au gite. 
Le soir, Jean, nous a invitées au restaurant. Moi, j’ai choisi du taureau. Il était super bon. Ensuite, nous nous sommes couchées. Une femme ronflait fort, mais j’ai bien dormi. 
Le lendemain, Jean nous a offert le petit déjeuner et sommes parties pour un long trajet vers 11h. Jean nous offre une boisson dans un bar, puis nous repartons ensemble. Après 2 km, Jean nous quitte pour faire sa route seul, moi j’étais à la traine en train de pleurer parce que mes parents me manquent énormément. Je voulais tout arrêter, rentrer chez moi, être avec ma famille, mais je ne peux pas, j’ai pris mon courage à deux mains et je suis partie pour 4 km. Arrivée au gite, je m’étale sur le lit. Je discute avec les gens et découvre que le gite est très spacieux. Mon mal de dos est tellement intense que j’ai du mal à marcher, alors Mathilde me prend un rendez-vous avec un kinésithérapeute. C’était très agréable et douloureux en même temps. Ensuite, nous sommes parties manger, puis nous nous couchons.
Souhaitez-moi « bonne chance ».

Jeudi 21 septembre : Villatuerta

« Encore joyeux Anniversaire maman ». Aujourd’hui, je n’ai pas marché parce que j’avais mal à la cheville à cause de la marche. Nous allons à un centre médical pour faire une vérification de ma cheville, les médecins me disent que je n’ai rien, que c’est juste parce que je force trop, du coup j’ai eu une journée de repos. Avec Mathilde, nous avons joué aux cartes « le trou du cul » et une bataille fermée. Puis nous avons lu nos livres le temps que la poche glacée agisse. J’ai demandé à Mathilde de me traduire en anglais « je pourrais avoir du café » et une américaine, Luise, me dit qu’elle en veut un aussi. Du coup, j’ai parlé avec elle, c’était une femme gentille, drôle et attentionnée. J’ai l’impression de la connaître depuis toujours. Je suis fière de moi, car j’arrive à parler anglais et espagnol. J’arrive à me faire comprendre. Je suis allée dans la piscine « elle était gelée », environ 11°, je suis restée dedans 15 mn.
J’ai discuté avec les nouveaux arrivants. Le courant passe bien. Vers 17h, nous partons faire les courses pour demain. Nous revenons au gite, nous faisons à manger. J’ai passé une bonne soirée avec Mathilde, puis je retrouve Luise qui vient me faire un gros câlin. Je lui dis de nous prendre en photo souvenir parce que c’est une personne qui sera gravée dans ma mémoire. Parler une autre langue me rend plus souriante et joyeuse.
PS. Cela se voit qu’il y a du bonheur dans cette journée. Le monde me sourit à la vie.

L

Vendredi 22 septembre : Villamayor de Monjardin

Aujourd’hui, nous avons marché 14 km. Je ne me suis pas du tout arrêtée sans demander de pauses. J’ai marché. Il n’y avait que des montées et je ne me suis pas arrêtée une seule fois.  J’étais fière de moi lorsque je suis arrivée au gite où j’ai retrouvé des randonneurs des jours précédents. J’ai parlé avec Arthur qui sait jouer de la guitare et qui nous a joué le soir plusieurs morceaux. C’était très agréable et ça m’a donné le sourire.
Je vais me coucher de très bonne humeur et avec un gros sourire. « Souris à la vie et la vie te sourira ».

Samedi 23 septembre : Los Arcos

Aujourd’hui, j’ai marché 12 km et ne me suis arrêtée seulement que deux fois, la première pause pour écouter des musiciens (violon et accordéon) et l’autre pour le casse-croûte.
Nous sommes arrivées au gite vers 12h dans la bonne humeur et sans aucune douleur. J’ai discuté avec beaucoup de personnes qui parlent anglais, ce qui fait que mon anglais s’améliore de jour en jour. Je demande moins de vocabulaire à Mathilde.
A 16h, je me suis fait masser les jambes, puis nous nous sommes baladées dans Los Arcos. Après cette balade, nous avons joué à des jeux de société.
Vers 21h, j’ai discuté seule avec des polonais et leur ai parlé de ma passion de super héros de Saint Malo. D’ailleurs, ils veulent y aller pour leurs prochaines vacances et je leur ai dit : « my best super héros is my dad ! »

Dimanche 24 septembre : Viana

Aujourd’hui, nous avons marché 18km500. En marchant, j’ai trouvé un bout de bois et du coup je l’ai emmené. Arrivée à Viana, j’ai commencé à le polir et à le sculpter pour en faire mon bâton. 
Nous avons pu regarder une vieille église de 1844 qui était effondrée 
Le soir, nous avons regardé le soleil se coucher doucement sur les montagnes.
(Pour Paul : Je prends goût à la marche).

Lundi 25 septembre : Logroño

Nous avons marché 9 km. Ce n’est pas beaucoup. Nous sommes arrivées à 12h au gite donativo. Nous avons décidé d’aller à la piscine où nous sommes restées 3h. Là, Muriel nous a rejointes.
Ensuite, nous avons mangé ensemble, mais avant nous avons chanté une chanson de randonneur.
Après avoir fini de manger, nous avons pris un passage secret pour aller dans une église pour la crédenciale.

Mardi 26 septembre : Navarete

Aujourd’hui, nous avons marché 12km. J’ai vu beaucoup d’écureuils dans un parc et plein de canards. Nous avons marché avec un brésilien qui s’appelle Fabio. Il m’a offert un beau collier. J’ai passé une bonne journée. 
J’arrive à surpasser le manque, la douleur et la tristesse.

Mercredi 27 septembre : Nájera

Aujourd’hui, nous avons marché 16 km. J’étais très motivée, mais j’avais mal au doigt parce que je me suis coupée avec un gros couteau. Vers 9h, nous nous sommes arrêtées pour aller voir Muriel qui faisait un feu.
Nous sommes reparties. Je suis très motivée, alors j’ai marché environ 2 km seule. 
Arrivées à Nájera à 13h30, nous sommes allées à la piscine. J’étais contente, mais je devais mettre un bonnet de « mémé », mais j’ai quand même bien profité de la piscine, du spa, du sauna et du jacuzzi. J’étais très détendue. 
Sorties de la piscine, nous sommes allées faire les courses, puis nous sommes rentrées au gite. J’ai rencontré de nouvelles personnes. Je me suis couchée avec le bonheur. 

Jeudi 28 septembre : Santo Domingo de la Calzada

Aujourd’hui, nous avons marché 21km. Ce n’était pas trop dur, juste la montée le matin. Nous sommes parties à 7h50 du gite et sommes arrivées à 14h. Nous avons visité une cathédrale avec deux poules. C’était marrant de voir des poules dans une cathédrale.
Nous avons ensuite pris un verre dans un bar, joué au Uno, puis avons fait les courses. 
J’ai parlé avec deux français très gentils.
Nous avons mangé dehors, puis d’un coup Mathilde se fait « ch… » dessus par un ovni (objet volant non identifié). C’était super drôle. Puis j’ai fait le blog et suis partie me coucher.

Vendredi 29 septembre : Belorado

Aujourd’hui, nous avons marché 25km. Ce n’était pas trop dur le matin, mais l’après-midi, il faisait super chaud, environ 38° sans avoir énormément de vent.
Arrivée au gite, j’ai retrouvé les mêmes personnes que mercredi. J’étais contente de parler avec eux. Nous avons fait nos courses, puis je suis allée sur internet pour parler avec ma mère et des amies. J’étais contente.
Le soir, c’est moi ai fait à manger. Mathilde aime beaucoup ma cuisine, puis j’ai demandé à des personnes si elles voulaient jouer au Uno avec nous. Nous avons bien rigolé.
Hasta pronto.

Samedi 30 septembre : San Juan de Ortega

Aujourd’hui, j’ai marché 25 km. C’était une étape dure parce qu’il y avait beaucoup de montées. Nous avons marché 8h et avons fait une pause sur le chemin où il y avait des boissons donativo. Il y avait un chat et un chien. Le chien était gentil, mais quand j’ai voulu lui donner à boire, il a sauté sur moi et s’est frotté contre ma jambe, c’était très gênant. Puis, nous avons retrouvé les mêmes personnes au gite. J’ai discuté avec tout le monde. Nous avons bien mangé et parlé. Je suis très fatiguée, mais je tiens, en plus demain matin, je me lève à 6h pour marcher avec une frontale avec Mathilde et un danois.
« La chenille appelle la mort et le papillon appelle le renouveau ».
L.

Dimanche 1er octobre : Burgos - Hornillos del Camino

La marche a été rapide. Partis à 6h du matin et arrivés à 14h30. Nous avons bien marché. Arrivés à Burgos, nous avons visité la ville. Le lendemain, nous n’avons pas marché car nous avons un jour de repos. Nous avons tourné en rond dans Burgos parce que tout était fermé. Alors vers 18h, nous avons pris le Tchu Tchu qui nous a fait visiter Burgos. Il y a 9 églises.
Nous avons mangé ensuite un bon kebab devant Burgos. Blog et au dodo.
Petite dédicace à mon tonton et à ma grand’mère et A… de m’avoir écrit et cela m’a beaucoup touché. Je vous aime. Bisous.

Mardi 3 octobre : Hornillos del Camino 

Aujourd’hui a été une journée plate et courte de 20 km. J’ai marché assez vite. Il a fait chaud et beau.
Le gite est sympa et le village est au milieu de nulle part. Rien ! Nous allons prendre un coca dans un bar puis nous faisons les étirements et une technique de taichi que ma grand’mère m’a apprise. C’est moi qui ai guidé le chemin. See you later

Mercredi 4 octobre : Castrojeriz

Aujourd’hui, nous avons marché 20 km sous un 28°, le temps est beau. Nous sommes dans la meseta, rien ! Juste moi et mon esprit. J’ai vu beaucoup d’animaux (chien, chat, mulot) Ce fut une belle journée. On a laissé un petit mot pour Uriel parce qu’il est derrière nous.
J’ai parlé avec un français. C’était agréable parce qu’il me regardait tout le temps dans les yeux et nous avons discuté de la même passion « le requin ».

Samedi 7 octobre : Terradillos de los Templarios

Aujourd’hui, nous avons marché 26 km. Il a fait chaud et beau. Le matin, nous avons marché avec Philippe qui vient de Sète. Nous avons pu voir un beau lever de soleil. Pour midi, nous sommes arrivés dans un bar pour aller manger nos petites courses. Il y avait beaucoup de guêpes. Vers la fin du déjeuner, j’ai vu un chaton qui s’appelle Obama, puis le patron du bar s’est énervé et a jeté les affaires parce que nous avons mangé dehors, puis il m’a arraché le chaton des bras pour le lancer au sol. Il nous a dit de partir, alors nous avons repris notre chemin.
Pour le repas du soir, nous avons mangé des tomates avec du thon et en dessert une salade de fruits maison avec du chocolat fondu.

Dimanche 8 octobre :  Terradillos de los Templarios

Aujourd’hui a été une étape dure le matin car pas de cigarette. Il a fallu marcher 17 km pour en acheter.
Les nerfs sont venus.
Vendredi j’ai appelé mes parents et le manque était là. Ma mère, mon père, mon frère, ma Bff (ma meilleure amie) me manquent. Je trouve que les temps d’appels sont plus longs et courts. Je vous aime ma famille. Bisous.

Lundi 9 octobre : Calzadilla de Los Hermanillos

Aujourd’hui : 28 km. Dur, long, chaud mais je suis quand même arrivée à destination. Arrivée au gite, j’ai rencontré et retrouvé des belles personnes. J’ai discuté avec deux marseillais très cools, puis j’ai fait à manger des pâtes au chorizo et à la crème fraîche. Tout le monde avait envie de goûter, du coup j’ai fait à manger à tout le monde. Très bonne soirée. Bisous à tout le monde.

Mardi 10 et mercredi 11 octobre : Mansilla à Léon (19km) puis Ribadesella (7 km)

Aujourd’hui, grosse journée 26 km. Il a fait chaud et c’était encore du plat “c’est bien ch..” et ennuyant. Nous sommes arrivés au premier village à 13h30 après avoir fait 17km sans rien. On aurait dit un désert. Nous avons fait une longue pause, puis nous avons marché 6 km en heure de silence, pas un mot, rien. C’était bien. Arrivés là-bas, nous retrouvons les mêmes personnes. Je suis très contente. Nous allons faire les courses et en rentrant au gite, j’ai utilisé mon temps internet (30 mn). Je discute avec tout le monde en pleurs, triste avec ce manque de présence. J’ai parlé à un garçon de l’école de mon petit frère que j’aime, avec mon bijou, ma mère, mon cœur mon père et ma vie ma meilleure amie. ( Soirée très émouvante et tout le monde veut me faire des câlins pour me réconforter, puis je lis une phrase de Jiny avant d’éteindre le PC « Force et Honneur », nous avons mangé tous ensemble, puis après un accord de guitare « une note » et je suis allée au dodo en pensant à ma famille chérie. L’amour un jour, l’amour toujours. 

Mercredi 11 octobre : repos à Vega de Ribadesella

Jour de repos, trajet en bus. Arrivés chez Marina, nous sommes très bien accueillis. Bons repas : salade d’algues, yaourt, oignons, riz, courgettes, poivrons, et en dessert mousse au chocolat. Très bonne soirée.

Jeudi 12 octobre : Vega de Ribadesella 

Grasse matinée. Petit déjeuner, puis cueillette de champignons trompette de la mort, puis plage. La cueillette était belle, dans la nature. Le repas était très bon, puis direction à la plage. Je suis la seule à avoir eu le courage d’aller dans l’eau. Très belle journée.

Vendredi 13 octobre : Léon

Fin du repos, petit déjeuner, plage, déjeuner et go ! Nous regardons des films. Mathilde a regardé Love Actually et moi Fast and Furious, mon film préféré. 
Arrivés à Léon à 20h30, la nuit était là. Au gite, nous avons retrouvé Uriel. Je suis très contente de le revoir. Nous mangeons dans un bar et au dodo. Buenas noches.
L

Lundi 16 octobre : Astorga

Journée repos. Nous nous sommes levés à 7h45 parce que le gite fermait à 8h. Nous avons pris un petit déjeuner dans un bar. Ensuite, nous avons fait un tour dans la ville où j’ai vu Mario que j’avais rencontré sur le chemin, puis nous nous sommes retrouvés dans un bar. C’est un jeune homme de 27 ans qui est docile, gentil, attentionné et il m’a beaucoup encouragé. 
Ce matin avant qu’il ne parte, Mario m’a fait un gros câlin. Cela m’a fait tellement du bien que je l’ai tellement serré fort contre moi, que je ne le lâchais plus, son odeur m’envoûtait, il me serrait de plus en plus fort. Je sentais mon cœur palpiter comme si ses câlins me réchauffaient le cœur. Puis après ce long câlin, il est parti.
De mon côté, mon cœur s’est emballé comme s’il y avait un manque et mes joues se sont mouillées. J’ai l’impression que j’ai eu un attachement pour cette personne. Mario me « trotta » dans la tête toute la journée.
Ensuite, nous avons visité une cathédrale. Puis nous avons fait des courses pour le midi et le soir. Nous avons mangé des tacos avec de la viande, des poivrons, des tomates et de la salade avec des oignons.
Après avoir mangé bien épicé, nous sommes allées à la piscine. Très belle journée.
Sur le camino, je m’accepte comme je suis et fière de l’être.

Mardi 17 octobre : Rabana del Camino (21 km)

Reprise de la marche avec beaucoup de motivation. Une vraie Ferrari.
En Espagne, il y a eu un incendie. Il faisait tellement sec et chaud que tout a brûlé.
Le paysage est plus joli que la meseta, de la couleur, des montagnes, des arbres colorés.
Dans 17 jours, nous sommes à Santiago. 
Je suis fière de moi, car je fais de plus en plus d’efforts et j’ai réussi à évincer ma phobie des guêpes. 
Je ne pense plus à la douleur, à la tristesse, juste au bonheur du camino.
Pause repas à Santa Catalina de Somoza.
Nous sommes arrivées au village à 16h30. Nous avons fait 21km en 6h30.
Très beau village. Il n’y a que des chats.
Nous prenons une bonne douche et ensuite faisons les courses. Nous achetons de la semoule, sauce tomate et saucisses. Puis nous faisons des étirements.
Bonne soirée avec plein de bonne humeur.

Mercredi 18 octobre : Elacebo (17 km)

Aujourd’hui 17 km, matinée tendue à cause de la veille, sur le rapport de Mathilde !
Le temps était très froid environ 12°.
Beaucoup de montées mais pas trop dures et beaucoup de descentes.
Matinée froide même glaciale avec Mathilde.
Vers l’après-midi, les nerfs descendent, ma voix douce revient. 
Nous repartons après une pause de 2h dans un bar à 12h. Nous nous arrêtons à 2 km du village pour discuter. 
Soirée froide avec Mathilde

Jeudi 19 octobre : Ponferrada 

Aujourd’hui, première marche seule. 8 km seule. Au début, j’étais stressée de me perdre, mais je me suis mise en confiance avec moi-même.
Dès le matin, je me trouve au-dessus des nuages, je me croyais au paradis. Cela m’a émue.
Cette marche seule n’a pas été dure. J’ai rencontré un italien qui s’appelle Alex. Nous avons marché 2km ensemble jusqu’au point de retrouvailles avec Mathilde.
Alex m’a payé un café, puis il est reparti sur le camino. Je retrouve Mathilde dans un autre bar pour manger.
Après le repas, même rituel, heure de silence. 
Nous arrivons au gite pour 14h. Nous sommes seules, personne ! Pas d’eau chaude !! Mais bon repas. Uno, blog et dodo. See you.

Vendredi 20 octobre : Villafranca del Bierzo (23 km)

Aujourd’hui, marche solo, debout à 6h, je suis partie à 6h45.
J’ai marché avec Alex, un italien. Il voulait absolument parler français, alors je lui ai écrit quelques mots. Nous avons marché 23 km. Journée facile.
Je suis arrivée à l’auberge à 14h30. Mathilde est arrivée vers 14h30/15h. Le repas du soir : paëlla, salade, soupe. Puis les propriétaires du gite ont fait un spectacle avec de l’eau de vie et plusieurs alcools qu’ils ont fait brûler. C’était très joli.
Soirée difficile pour moi, le passé me rattrape. Soirée en pleurs, dure et triste.

Samedi 21 octobre : La Faba

Aujourd’hui, je marche avec Mathilde. Il y a beaucoup de montées (200 m) mais qui dit « montée », dit « descente ». Nous sommes parties assez tard, vers 9h. Le paysage était joli, mais tout était brûlé. Nous avons fait une pause vers 12h30 dans un bar très joli.
Après ce bon bocadills, nous sommes  parties en heure de silence. 1h de silence complet, Mathilde devant et moi derrière entrain de récupérer du fenouil pour faire du thé. Nous sommes arrivées au gite à 18h. Le gite était assez neuf, beau. Nia nous propose de manger avec elle et comme elle est véga, nous mangeons végétarien, beaucoup de légumes. Ce repas était très bon. 
Très belle soirée avec tout le monde, puis je me mets à mes crayons pour dessiner des fleurs, des papillons et autres, blog et dodo. See you.

Dimanche 22 octobre : Triacastella

Aujourd’hui, j’ai marché avec Mathilde et Nia. Sur le chemin, nous avons rencontré Arnaud, un français. Nous prenons un café avec lui, Nia, Marius, Mathilde. Puis après ce bon café, go sur le camino. Vers 12h30, nous voyons Muriel que je suis très contente de retrouver. Nous mangeons et repartons ensemble. Nous arrivons au village vers 17h15. Nous nous posons et allons avec Nia écouter sa mélodie zen avec sa flute. Puis douche et repas. A la fin de ce repas, nous allons voir le ciel qui est lumineux et plein d’étoiles. Nous pouvons même voir les constellations, blog, rédaction et dodo. Bisous. Bises. L

Lundi 23 octobre : Triacastella

Aujourd’hui, nous avons bien marché avec Mathilde jusqu’à midi. Puis nous sommes allées acheter de quoi faire à manger. Nous avons retrouvé Alex et j’étais très contente de le voir. Après avoir mangé, nous sommes parties pour une belle marche dans la forêt et lorsque nous avons vu une belle rivière nous en profitons pour mettre nos pieds. L’eau est froide, mais ça va.
Arrivées à l’auberge, nous avons vu Muriel et Nia. Je suis très contente. Muriel nous a préparé un “bon plat” avec des champignons. Nous avons bu un très bon thé à la menthe. Nous avons de gros fous rires.
PS “Ta douleur peut se transformer en bonheur”.

Mardi 24 octobre : Portomarin

Aujourd’hui, nous avons pris notre petit déjeuner avec Mathilde, Nia, Muriel et moi. Puis Mathilde est partie sur le camino seule et moi avec Muriel. Très belle journée et chaude.
Je marche un peu devant parce que Muriel n’est pas rapide. Nous retrouvons Mathilde plus loin. Nous nous voyons trois fois dans la journée. Vers la fin, nous terminons le dernier kilomètre ensemble. 
Je marche devant mais je me perds dans la ville. Je stresse, je cherche, mais je n’ai pas envie de me perdre encore plus, alors je reste dans un bar. Puis je vois Mathilde. Arrivée à l’auberge, douche, lessive, étirements, courses, dîner, blog et dodo. “Ton âme est petite, mais ton coeur est grand”.
 

Mercredi 25 octobre : Palas de Rei

Aujourd’hui, étape à demi seule. Le matin avec Mathilde, Muriel et Nia et l’après-midi moi et Muriel. Journée assez rapide. Nous cherchons des champignons, des fleurs comestibles et autres bricoles. Je marche un moment avec Muriel et Mathilde.
Je rencontre Rémi. Je marche avec lui deux minutes. Il est trop rapide pour moi. 
Je retrouve Mathilde, nous marchons ensemble jusqu’à l’auberge. Nous arrivons vers 17h, mangeons pas grand-chose, puis discutons avec Nia et Muriel, puis dodo. See you. 

Jeudi 26 octobre :  Arzua

Je marche seule avec Alex, Roberto, Sérafin et une autre personne. Nous marchons toute la journée ensemble. Vers 12h, nous mangeons dans un restaurant où tout le monde mange du poulpe. Après ce bon repas, nous repartons tous ensemble. Nous rigolons bien, discutons de tout et de n’importe quoi. Nous arrivons à l’auberge vers 17h qui est bien située. Serafin décide faire un plat commun pour tout le monde, tomates, poulet, salade, concombre, oignons, huile d’olive, sel. Nous rigolons bien ensemble. Très bonne soirée. See you.    .

Vendredi 27 octobre : Arzua

Ce matin, je marche Mathilde et Sérafin. Journée très tendue parce que c’est le jour “personnelle”, très dure pour moi, où je me pose plein de questions. Je suis très triste aujourd’hui et sur les nerfs. Mathilde essaye de me calmer, mais rien ne marche. Je “pète les plombs”. Je pars droit devant Mathilde qui est loin derrière. Je m’arrête dans un bar. Mathilde me crie dessus. Je m’énerve encore plus. Nous repartons tous ensemble. Mes nerfs se calment. Je deviens plus douce. Arrivée à l’auberge, douche, blog, bibliothèque, courses.

Samedi 28 octobre : Santiago

Aujourd’hui, je marche avec Mathilde. Nous disons ”au revoir” à Sérafin et Roberto. Nous partons quand Mathilde parle mal de Sérafin. Du coup, cela m’énerve beaucoup. Je m’arrête en colère à côté d’un stand de bracelets où je vois passer Roberto devant moi.
Je roule ma cigarette, puis je pars marcher quand j’entends mon nom. C’est Sérafin qui m’offre un magnifique bracelet. Je repars sur la marche avec Sérafin et Roberto. Les nerfs redescendent. Vers midi, nous mangeons ensemble. J’étais en train de dessiner sur un morceau de bois que j’ai taillé, je l’offre à Sérafin.Il me fait un gros câlin. Santiago est à 7 km. Pressée. Je vois Santiago au loin. Arrivée, je m’écroule devant la cathédrale, mais aucune émotion.
Ensuite, nous partons à la poste et nous quittons Sérafin et Roberto. Je suis un peu triste de les quitter.
Arrivée à la poste, grosse déception, c’est fermé. Du coup, nous allons à la bibliothèque fermée aussi !! Du coup go à l’auberge, grosse montée. L’auberge est grande, jolie, moderne, on dirait une villa. Arrivée à la réception, je vais au lit au 3ème étage. Les escaliers m’ont tuée. Ensuite, douche et un peu de repos. Nous allons chercher ma compostella et nous voyons Arnaud, très contente de le retrouver. Nous nous posons devant la cathédrale pour attendre Nia. Je vois Alex et suis très contente, je lui saute dans les bras. Les émotions sont là, les larmes de joie coulent. Nous prenons une photo avec tous les randonneurs. Très contente. Nous allons manger tous ensemble au restaurant. Je vois Roberto et Sérafin passer, ils sont tout beau. Je lui fais un gros câlin et me dis que la vie est belle et que je suis la plus heureuse. Nos chemins se séparent. Il rentre et moi je continue, mais je lui ai promis de l’appeler quand j’aurais fini. Très belle journée. The life is beautiful. By happy.

Dimanche 29 octobre : Santiago

Aujourd’hui, journée repos. Nous nous levons à 7h45 pour nous rendre à notre rendez-vous avec Nia et Muriel devant la cathédrale de Santiago à 8h30/8h45. Nous prenons un petit déjeuner ensemble, nous rigolons bien, discutons bien. Nous nous donnons rendez-vous le soir devant la cathédrale, Nia veut nous inviter au restaurant, nous choisissons un restaurant végétarien parce que Nia est végane et Muriel végétarienne. Le restaurant est très joli, il y a des pièces partout de chaque pays. Nous discutons bien, rigolons beaucoup. Il est 9h20 et nous faisons une balade dans Santiago. La cathédrale est illuminée, mais dommage qu’elle soit en travaux. Hasta luego.

Lundi 30 octobre : Neigrera

Aujourd’hui, petit déjeuner avec Nia et Muriel. Nous prenons un déjeuner dans un monastère. Nous nous posons et je suis pressée d’ouvrir mes lettres et mon colis. J’ai plein de photos de mes chats que mon papa à soigneusement faites. Magnifiques ! des chocolats de ma grand’mère, une photo d’eux, une lettre de ma maman. 
Merci pour tous ces beaux et magnifiques cadeaux. Je vous aime fort. Dédicace à Colette, Yaël, maman, papa, Kiki, Nina, “Garfield”, choupette.  L’heure est de dire “au revoir” à Muriel et Nia, parce qu’ils ne marchent pas. Après plein de bisous, go sur le camino pour aller à Finisterra.
Arrivée à l’auberge, je fais des dessins. Partout des retrouvailles. Soirée, thé, carte, musique et dodo.

31 octobre : Olveiroa

Chemin avec beaucoup de montée, un temps pourri, beaucoup de discussions autour des hommes. Nous avons fait 32 km. Il y avait énormément de vent, d’arbres mais peu de pluie. Nous voyons enfin la mer au bout de 31 km. Le village est très mignon. 
Arrivée dans Finisterra, je perds Mathilde, sur les nerfs, je cherche un téléphone pour l’appeler. Elle me dit qu’elle est à la poste et je vois sortir Muriel de nulle part me dire bonjour et qui nous accompagne à l’auberge qui est très sympa. A peine arrivées, des randonneurs nous sautent dessus pour que nous mangions avec eux.  Très bon repas, beaucoup de discussions, de nouvelles rencontres, puis dessins et dodo.

1er novembre : Finisterra - repos

Nous partons de l’auberge pour aller dans une autre, car nous avons un jour de repos. Nous allons dans une auberge municipale et l’hospitalière ne nous laisse pas dormir parce qu’on n’a pas marché. Nous cherchons et trouvons une autre auberge Je suis un peu sur les nerfs. 
Nous nous donnons rendez-vous avec Muriel pour aller au phare.
Je retrouve la famille de français. Je discute avec tout le monde. Très bonne journée.

2 novembre : Muxia

Je me réveille seule. Mathilde est déjà au bar. Je la rejoins avec la fatigue et les nerfs. Je ne veux plus marcher, je veux rentrer chez moi : mais” je passe le mur” et marche direction Muxia. Le chemin est beau. Nous discutons avec deux français. Nous voyons la mer. C’est très joli.

3 novembre : Muxia - repos

Dès le matin, nous prenons un café dans un bar devant la mer. C’est très joli. Après le petit déjeuner, je décide de chercher des poissons et autres. Muriel trouve oursins et étoiles de mer. C’est très joli. Ensuite, nous mangeons au bord de la mer. J’appelle mes grands-parents. J’ai tout le monde, mais la pluie est là et deux secondes après, c’est fini, alors nous allons au phare de Muxia pour voir la mer. Elle est très puissante, elle frappe contre les rochers. Magnifique. Les vagues grandioses sont de 2m de haut. Impressionnant. Ces vagues me donnent une de ces forces que je me sens très forte. Nous y restons 3h. Après ce beau spectacle, la pluie revient, alors nous cherchons un commerce pour faire les courses. Je décide de faire à manger pour Muriel et Mathilde. Très bon repas, puis dodo.

8 novembre : Silleda

Aujourd’hui 18 km. Ce matin est un peu dur. La fatigue tout. Je n’ai toujours pas faim. Cela m’énerve beaucoup.
Dans l’après-midi, je stoppe, fatiguée, sur les nerfs, je veux rentrer. Je prends mon courage à deux mains et finis la marche. La ville est un peu perdue. L’arrivée à l’auberge est effrayante. Cela sent le vieux, c’est triste. Il fait très froid. Quand on souffle dans la chambre, il y a de la fumée. On dirait qu’il y a eu des morts. J’ai de la difficulté à aller me coucher seule, alors j’attends Mathilde.
Plat du soir : spaghettis, puis dodo.

9 novembre : Laxe

Aujourd’hui, journée animaux : beaucoup de chiens, chats, vaches, oiseaux et un taureau. Il y a eu 10 km à marcher. Hier, ma best friend m’a motivée à fond pour continuer, alors je ne rentre plus chez moi. Il reste cinq semaines de marche. Ce n’est rien comparé à ce que j’ai fait. Le camino à l’envers n’est pas trop compliqué, mais on se demande souvent où se trouve le camino quand il y a plusieurs routes.
Je suis tombée aujourd’hui, mais rien de grave. Le temps était nul, de la pluie.
Arrivée à l’auberge, c’est moins effrayant que la veille. Nous mangeons des pâtes avec du thon et de la mayonnaise.

10 novembre : Castro Dozon

Aujourd’hui, nous faisons 17 km. Mais c’est peu comparé à ce qu’on a fait. Nous partons vers 9h10 et 3 km après nous voyons une boule, le premier réflexe, la prendre mais en faisant attention. Nous voyons que c’est un petit oiseau. Il ne peut plus voler. Alors, je décide de le prendre avec moi, pour éviter qu’il se fasse écraser. Je marche 2 km avec lui. Il commence à s’agiter. Il veut voler, mais son aile est cassée. Alors je décide de le mettre dans la nature. Après ce geste sympathique, nous repartons sur le camino “perros”, parce qu’il n’y a que des chiens. Je profite beaucoup du chemin et du paysage et de l’heure de silence 30 mn, c’est beaucoup mieux. Je ne pense à rien. Arrivée à l’auberge, personne, vide ! Elle fait un peu peur, il y a un parc pour enfants, une piscine, calme rien. On se croyait dans shining. See you.

11 novembre : Cea

Aujourd’hui, nous faisons encore les “moules” (flemmardes) 13 km. Nous partons à 10h22 de l’auberge. Nous n’avons pas vu beaucoup d’animaux, trois/quatre vaches, des chiens et chats. 
Le soleil était parmi nous. Nous arrivons à Cea vers 15h30. L’auberge est jolie, elle ne fait pas peur, mais par contre, ça pue. Une odeur de pieds, les lits sont propres. La douche est bonne. Mathilde part se reposer, moi pendant ce temps, j’écris le blog et regarde les chats. Ce soir, je veux faire à manger, alors nous allons au supermarché acheter des aliments.
Plat du soir : purée de pommes de terre maison avec des carottes dorées au beurre et du sucre avec un steak et un oeuf poché. Bernard et Mathilde sont très contents de ce plat. Puis blog, Uno et dodo. A bientôt pour de nouveaux plats.

12 novembre : Ourense

Aujourd’hui, 22 km. Nous partons vers 9h. Nous disons au revoir à Bernard, trois kilomètres après nous voyons des hommes en motocross. J’étais super contente. Puis nous voyons encore des animaux : chiens, chats, chevaux, cochons. A 12h, nous mangeons dans un bar, la Casa de César. Le barman connaît bien l’association Seuil.
Puis, de nouveau, des hommes passent en motocross, je les regarde venir vers moi et nous discutons. L’un d’eux me propose de monter sur sa moto. Avec hésitation, je refuse malheureusement. Nous repartons pour 12 km. Je décide de faire une couronne de fleurs, puis nous arrivons à la grande descente 21 %. Arrivée à Ourense, je vois une magnifique voiture. L’homme me regarde et me demande si je veux faire un tour. Encore sous la tentation, je refuse. Nous cherchons l’auberge. Nous attendons Muriel, alors je mange une bonne glace avec un kinder et des bonbons en jouant au Uno. Arrivée à l’auberge, go aux thermes. C’est gratuit. L’eau est très chaude, beaucoup de monde. Nous y restons 2h, puis pizza et dodo.
L


Mercredi 15 novembre : Xunqueira de Ambia

 

Nous marchons avec Patrick, co-marcheur, arrivé sur la marche du 14 au novembre. Nous apprenons à faire connaissance. 
Aujourd’hui, 22 km, c’est interminable.
La sortie de la ville à Ourense est très longue. Nous faisons une pause à midi sur l’herbe. Pas un bruit. Nous repartons sur le chemin par une énorme montée. Nous sommes épuisées. Nous demandons où se trouve le village et à combien de kilomètres et à chaque fois la même chose : c’est à 2 km, 1 km, 8 km. Nous nous sommes perdues. Cela n’en finissait pas.
Arrivée à l’auberge à 18h, j’ai pris une douche. Puis j’ai appelé mes parents. Super
Nous sommes allées au supermarché faire les courses pour le repas du soir : boeuf aux pommes de terre et sauce moutarde sur un lit d’oignons dorés. En dessert banane chocolat chantilly. Puis dodo.


Vendredi 17 novembre : Campobecerros 

 

Aujourd’hui 23 km. Il y a beaucoup de montées et pas beaucoup de descentes. C’est très dur. Il fait froid plus ou moins 4°/5° le matin et 12°/13° l’après-midi.
Nous avons dormi dans l’auberge de Luis et il n’y avait pas de chauffage !! Il faisait très froid, en plus je suis tombée dans la nuit.
Pendant la marche, je n’utilise pas mes bâtons que ce soit en plat ou en montée ou en descente. 
La vue est très belle. Nous discutons beaucoup avec Patrick.
Je n’ai pas eu de crise depuis un certain moment.
Nous arrivons à l’auberge qui est remplie de chats à moitié cannibales.
Il fait chaud dans l’auberge. Repas du soir : sandwich
 

Dimanche 19 novembre : Lubian 

 

25 km. Dès le matin, une grosse montée. Les paysages sont beaux très automnales : vert, orange, jaune. C’est très joli. 
La marche c’est mieux, plus de douleur. 
Nous avons vu plein d’animaux (vaches, chiens, chats).
Arrivée à l’auberge, enfin !!
Nous décidons de manger dans un restaurant pas cher, du coup tout le monde est venu avec nous. 
J’utilise internet. Je ne trouve pas ma maman au téléphone (ex : Iphone des autres randonneurs). Très déçue.
Très bon repas rapide avec au menu pâtes au chorizo.
Puis “go” à l’auberge pour faire dodo, mais impossible de dormir à cause d’un gros gros ronfleur. 
Souhaitez moi bonne chance pour dormir.

 

Lundi 20 novembre : Requejo  

 

Aujourd’hui 16 km. Nous faisons les “moules”. Le bar est à 6 km. Rien dans le ventre.
Le paysage est joli. Il a fait froid ce matin, mais dans l’après-midi plus chaud, environ 18°.
Sur le camino, nous avons vu des chevreuils, d’énormes éoliennes et de beaux tags dans un tunnel, représentant un ours, girafe et autres animaux.
Nous sommes arrivées à l’auberge à 14h. J’ai commencé à dessiner pour la carte de voeux Seuil. Très joli, 2h de dessin. Puis “go” au restaurant qui est à 500m. Le repas a été tellement rapide : entrée, plat, dessert, coca, café d’affilée, j’ai l’estomac bien rempli et mal au ventre. Après ce repas pas cher, “go” à l’auberge, blog et dodo

 

Mercredi 22 novembre : Rio Negro

 

Aujourd’hui 24 km. Il n’y a plus de montagne, c’est que du plat.
Ce matin, nous avons vu 16 biches, 2 lapins, 2 chiens, 3 chats, 2 chevaux et plusieurs vaches.
La marche a été dure parce qu’il n’y avait que du plat.
Nous discutons animaux, comme quoi c’est beaucoup plus joli de les voir dans leur milieu naturel que dans un zoo.
Belle journée. Pas de pluie.
Ce matin l’herbe est blanche comme les nuages, le ciel est bleu comme la mer, les arbres couleur automne, les rivières sont gelées.
Il me reste trois semaines de marche et je pourrais enfin voir le doux sourire de mon père, voir les yeux en or de mon frère, voir mon soleil Delyonan qui me réchauffe et me fait sourire, c’est ma mère.
L