Seuil

Marche de Samxxx accompagné par Jean-Michel du 28-1-2017 au 28-4-2017

 

Le 31 janvier 2017

Me voilà enfin chez Seuil. En ouvrant la porte, j’ai été surpris de voir que tout le monde m’attendait. C’est un moment que j’appréhende. Ma famille est déjà là, le directeur, Paul, qui me présente immédiatement Jean-Michel, mon accompagnant. A ses côté, Anthony qui va suivre la marche avec Marina. Mon accompagnant est souriant, ça me rassure. Ma première impression est que l’on va bien s’entendre. Il ressemble à un gars de la BAC mais il a l’air gentil.

Nous sommes ensuite partis à Rennes pour rejoindre le gîte et acheter mon matériel. Nous avons déjà commencé à faire connaissance.

Pendant le stage, nous avons effectué quelques marches de mise en forme. Nous avons aussi parlé de mon projet et nous avons 3 mois pour le préparer. J’ai hâte d’être en Espagne pour commencer la marche. Je me sens enfin prêt à découvrir ce que la marche pourrait m’apporter.

A bientôt.

S.

Le 12 février 2017

Cela fait une semaine que nous marchons. Nous avons fait environ 160 km. Au début, c’était dur, mon sac-à-dos pèse 15 kg, donc mes pieds et mes épaules ont bien souffert.
Avec le temps, cela s’est arrangé.

Au bout du 4ème jour, j’ai commencé à ressentir une douleur au niveau du tendon. J’avais eu des échos d’autres jeunes qui avaient eu des tendinites et que la marche avait ensuite été annulée. Donc j’ai préféré ne rien dire et me forcer à marcher en ayant mal car je voulais vraiment réussir cette marche. J’avais peur qu’elle soit annulée et de me retrouver en prison.
Sinon, je m’entends de mieux en mieux avec mon accompagnant Jean-Michel. Nous prenons certaines décisions ensemble, cela me fait plaisir car je n’ai pas l’impression que l’on m’impose les choses.

Je préfère marcher dans la nature car c’est calme et ça permet de réfléchir. On peut y voir de beaux paysages et beaucoup d’animaux. Quand je marche, je parle moins le matin parce que je réfléchis beaucoup à mon projet et aux bons moments que j’ai passés avec ma famille et mes amis. Nous parlons plus, ensuite nous plaisantons, parlons des choses qui nous entourent et je lui fais part de mes projets pour l’avenir. Pendant le dernier jour de marche avant le jour de repos, ma douleur au tendon a été très violente.
Une fois arrivés à Zafra, nous sommes allés chez le médecin qui a diagnostiqué une tendinite. Marina qui nous avait rejoints le jour d’avant a appelé Paul, le directeur et lui a dit que je devais me reposer 1 semaine mais que je voulais vraiment faire la marche jusqu’au bout.
Du coup, je suis bloqué à Zafra pendant 1 semaine.
A +

S.

Le 16 mars 2017

Nous continuons le chemin sans problème de santé. Pour la première fois on a fait de longues étapes. J’arrive maintenant à marcher 35 km en 1 jour. 
Pendant quelques jours, nous avons eu des chemins monotones et désagréables qui suivaient soit l’autoroute soit la nationale 630. Maintenant cela va mieux, nous marchons de nouveau sur des sentiers agréables qui se situent principalement en forêt.

Durant ces vingt derniers jours nous avons traversé 2 grandes villes : Salamanque et Zamora. A Salamanque, on a visité la cathédrale. En général, les bâtiments religieux ou autre ne m’intéressent pas trop mais j’ai apprécié la visite car c’est un bâtiment gigantesque et beau qui a été construit avec les moyens d’autrefois. On a aussi rencontré un italien qui a 28 ans. J’ai beaucoup discuté avec lui même si mon niveau d’anglais n’est pas très élevé. Si j’avais été plus souvent en cours, je me débrouillerai mieux.

Nous avons ensuite mis le cap sur Zamora où nous avons été bien accueilli par les hospitaliers de l’Albergue de Pérégrinos.  C’était une belle ville mais un peu petite comparée à Salamanque. Nous avons visité la cathédrale mais bien qu’elle soit belle, je l’ai trouvé moins intéressante que celle de Salamanque. Malheureusement, nous n’avons pu rester qu’une nuit à l’auberge de pèlerins. On a alors cherché une autre auberge pendant un moment avec nos gros sacs sur le dos. Après avoir enfin trouvé une auberge au prix raisonnable, on nous informe que c’était une auberge de jeunesse et qu’il fallait avoir une carte de membres pour pouvoir y dormir. Après une longue négociation avec l’hôtelière, nous avons enfin pu accéder à une chambre. 

Nous nous sommes rendu à la poste durant 3 jours car je devais recevoir un colis mais à chaque fois nous avons eu la même réponse : “nada” ce qui veut dire rien. Du coup toujours pas de livre en français pour moi. J’ai suggéré à Jean-Michel que l’on allait faire un tour dans la librairie du coin et par chance j’y ai trouvé un livre en français que malheureusement j’ai déjà fini. 
Quelques jours après être repartis de Zamora, nous avons retrouvé Jim et Rose-Marie. Ce sont des canadiens que nous avons rencontrés à Zafra. Depuis, nous nous retrouvons le soir dans les auberges pour manger et passer des moments ensemble. J’aime être avec eux car cela me fait apprendre l’anglais mais surtout car se sont des gens supers qui resteront dans ma mémoire. 

Sinon je m’entends toujours bien avec Jean-Michel. Nous avons eu une petite prise de tête car les choses ne se passaient pas comme je le souhaitais mais cela s’est réglé par des excuses de ma part et ça n’a rien changé dans le comportement que l’on a l’un envers l’autre. 
D’ici quelques jours, je marcherai en autonomie, c’est à dire seul mais ça, je vous le raconterai dans une dizaine de jours. ….
A+
Samxxx

 

Le 24 mars 2017

 

Nous sommes presque à Santiago !
Cela fait bientôt 2 mois que je marche et j’apprécie de plus en plus la marche. Parfois c’est dur le matin car j’ai pas vraiment l’habitude de me lever tôt. 
Ce qui est bien dans cette marche c’est que je travaille aussi ma persévérance, c’est à dire de ne pas abandonner quand une difficulté se présente. Sinon on a rencontré d’autres gens et nous avons vu de nouveaux amis canadiens. Du coup je dois parler anglais mais j’aime bien ça. 
On a passé Ourense et on est allé aux thermes, c’était cool.
J’ai aussi marché seul 2 fois. La première fois c’était 25 km “Lubian - A Gudiña”. La journée est passée très vite et j’ai apprécié d’être seul. La 2 ème fois c’était aujourd’hui, une petite étape de 14 km, c’était bien aussi. J’ai marché en montagne, dans la neige mais pas sous la pluie.
A+
S.

 

Le 9 avril 2017

 

On a dépassé Santiago depuis un moment. Aujourd’hui nous sommes à Carrion de los Condes sur le camino Frances.
A Santiago, nous sommes allés à la messe des pèlerins. Vu que je ne suis pas chrétien, c’est la première fois que j’assiste à une messe. Ce que j’ai préféré c’était le botte fumerolles, l’orgue et le chant de la religieuse.
Après nous avons retrouvé Jim et Rosemary et nous avons mangé ensemble. Nous avons un peu visité la ville mais il n’y a que quelques rues pour les pèlerins. 
Après un jour de repos, nous avons repris la route pour aller à Fisterra.
J’ai marché seul pendant deux jours…
Des grosses étapes qui dépassent les 30 km mais le plus dur c’était la pluie. Je suis arrivé à Fisterra trempé et exténué. Juste le temps de prendre une douche, me reposer un peu que nous allons déjà retrouver nos amis canadiens pour manger. 
Après un jour de repos bien mérité, on part pour Muxia, je suis vraiment HS et je n’ai aucune motivation. Après quelques heures de marche sur la côte, je me sens enfin réveillé.
En arrivant à Muxia, je suis déçu. .. Un village mort, personne dans les rues à part 2-3 gamins qui jouent au foot. Je préfère de loin Fisterra. Le lendemain matin départ en bus pour Santiago où nous prendrons un autre bus pour nous rendre à Vega de Ribadesella. Après huit heures de bus, nous arrivons enfin chez Marina.
Le lendemain nous allons nous promener au bord de la mer. Je décide de tenter ma chance et d’aller me baigner. L’eau est froide mais ça fait du bien. Je me dis qu’il n’y a même pas trois mois j’étais en cellule et là je me baigne dans la mer. … que demander de mieux.
Nous repartons en bus pour aller à Léon.
Après trois jours de repos qui n’étaient pas très bénéfiques pour moi mes jambes ont du mal à  repartir. Après de très longues lignes droites, nous arrivons à l’auberge de pèlerins. Je rencontre des gens mais on marche à l’envers donc c’est juste pour la soirée. 
Après une bonne nuit de repos nous nous dirigeons vers Calzadilla de los Hermanillos un petit village de la région de Castille y Léon. Après avoir marché toute la journée en ligne droite, nous sommes accueillis par Marc un hospitalier français.
Nous sommes ensuite invités à prendre un encas avec une association religieuse. Ensuite nous mangeons avec tous les autres pèlerins, c’était vraiment sympathique.
Le lendemain, nous marchons encore sur de longues lignes droites. … arrivé à l’auberge, mes pieds n’en peuvent plus je suis mort… mais l’ambiance dans l’auberge est vraiment bien, il y a au moins 50 personnes.
Aujourd’hui, la première partie de la matinée est plutôt sympathique mais après nos arrivons sur une ligne droite de 16 km….. j’en ai marre, je n’aime vraiment pas cette région. … Nous sommes enfin arrivés à l’auberge, c’est pas trop tôt. 

A+