Seuil

 

 

QUI SONT NOS PARTENAIRES ?

 
Les donateurs privés et les adhérents

 

Plusieurs donateurs nous apportent une aide ponctuelle en fonction de leurs moyens.  Ou bien en ajoutant un don à leur cotisation.

 

Seuil peut se développer en s’appuyant sur l’opinion publique et la société civile. Pour ne plus envoyer de jeunes en prison, il faut que chacun comprenne et fasse comprendre les effets pervers de l’enfermement des jeunes. Cette mobilisation commence par le cercle privilégié de nos adhérents.

 
 
Les fondations et les mécènes

 

Les fondations nous apportent leur soutien pluri-annuel pour développer notre action éducative. Ces aides essentielles nous permettent de financer les marches et de lancer de nouveaux projets.

 

Et également la Fondation Moral d’acier, la Fondation SNCF, la Fondation SEB, la Fondation Orange.

 

  • Seuil est une association Loi 1901
  • 66% du montant de votre don est déductible des impôts, dans la limite de 20% du revenu imposable
  • Seuil est reconnue* Lieu de Vie et d’Accueil* (LVA)
 
Les bénévoles

 

Les premiers acteurs de l’aventure Seuil.

 

Seuil est l’une des rares associations employant quatre salariés permanents et près de trente salariés à temps partiel, les accompagnants, avec un directeur bénévole. Le cercle des bénévoles est à la fois important et primordial pour l’accomplissement des taches de l’association : relation avec les adhérents et donateurs, recrutement des accompagnants, gestion…

Les bénévoles sont les bienvenus pour nous aider.

 

 

Nos administrations de tutelle

Tous les jeunes qui nous sont confiés le sont par des juges ou des inspecteurs ASE. Nos interlocuteurs sont donc la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) et l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) et nous fixons avec eux les conditions notamment financières de prise en charge, qu’on appelle « prix de journée ». Ce prix de journée représente 80% du prix de revient estimé d’une journée de marche.

 

L’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) gère les jeunes qui sont « en danger » mais qui n’ont pas fait encore l’objet d’une procédure pénale. Chaque département français dispose d’une ASE.

 

La Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) est une des directions du Ministère de la Justice.