Seuil

Marche de Nicxxx accompagné par Clément du 2-5-2019 au 2-8-2019

 

Bonjour, je m’appelle N. J’ai 16 ans. Je viens de Rennes et ça fait 4 jours que je suis dans un gîte avec mon accompagnant de route : Clément. Nous partons en Italie demain pour marcher 1750 km. Donc nous partons, prenons le train demain en direction de Turin. 

Nous partons avec de gros sacs chargés, surtout le mien, j’emmène mon violon car je suis violoniste, mes livres parce que j’aime lire. J’en ai trois : - Le hasard n’existe pas (cours de psychologie dynamique) : d’ailleurs il n’a jamais existé, mais le destin si ! 

- La face cachée d’internet” (création d’internet et l’underground d’internet) 

- Guide de conversation italien (C =) 

Je suis content de partir à l’aventure parce que je suis convaincu qu’elle aura un réel impact positif sur ma Vie. Message spécial pour la plus charmante demoiselle de l’Univers : “je t’aime fort comme le 8 mon ange, tu me manques, je pense à toi tout le temps. Je te fais de gros bisous “ma lionne S” Message spécial pour ma famille : je vous aime tout fort et pt’it clin d’oeil à celui qui se reconnaîtra. Je ne suis pas un lapin de 6 semaines et je compte bien être et durer tout en faisant face en étant bref et concis ! A bientôt pour de nouvelles aventures. N

Lundi 6 mai : 10h : 

Clément et moi avons visité le Saint-Suaire de Turin où j’ai fait bénir ma croix. 11h : Nous avons commencé à marcher le long de la rivière “Pô”. J’ai bien aimé ce moment hors de la ville et des voitures. 16h30 : Arrivés à Cassino, nous avions bien marché avec nos 15 kg sur le dos, nous rencontrons un monsieur qui nous paie un café. Il nous indique un couvent qui accueille les randonneurs. Nous nous y rendons et une fois là-bas, les soeurs nous offrent l’hospitalité. 20h : Je descends avec Clément rejoindre les bonnes soeurs en bas muni de mon violon. Je les remercie en jouant l’Ave Maria de Schubert. 20h20 : Nous mangeons avec Clément seuls dans une salle prêtée par les religieuses qui ont préparé un repas pour nous. 22h : Clément et moi faisons nos étirements, puis je commence à écrire ce texte “Le ballon, le ballon rouge” 

Mercredi 8 mai : 8h10 : 

réveil à l’auberge où le patron nous a fait un prix “spécial randonneur”. 10h : On se met en marche sous un ciel gris, faisant pour la première fois l’heure de marche en silence. “Putain de merde”, je me suis rendu compte qu’il ne me restait plus que 12 clopes. Donc en direction du tabaka pour acheter un paquet de 5,70 €. 13H40 : arrivée à Lamporo au bar. On nous confie les clefs d’une extraordinaire et immense auberge avec tout compris à l’intérieur, gratuitement 

Samedi 11 mai : 

Aujourd’hui, j’ai marché en silence. Puis on est rentrés à l’auberge “Via Pelegrini” où nous avons retrouvé Anna qui était dans notre auberge la nuit dernière. A un moment au km 17, j’ai eu un sacré coup de fatigue. Nous sommes donc allés jusqu’à la gare pour rejoindre Robbio à Nicorvo en train. J’ai joué du violon en arrivant pour Anna. 

Dimanche 12 mai : 

Aujourd’hui, on a plus le droit ni d’avoir faim, ni d’avoir froid. Mais c’est pas tout ! Aujourd’hui, on a aussi le droit de… souhaiter l’anniversaire de Clément. Journée de 25 km avec Anna à travers des champs de coquelicots. C’était génialement magique ! 

Lundi 13 mai : 

C’était la plus grande étape jamais réalisée pour nous avec un total de… 33 km !! Arrivés à l’auberge-dortoir, nous nous sommes bien accordés un repas bien mérité. 

Mardi 14 mai : 

Ce jour là régnait une atmosphère joyeuse et ensoleillée. Visite de la ville étape Pavie Nous avons pris un super aperitivo pour fêter la survie de Clément à l’explosion du système électrique du micro-ondes qui a projeté des débris de verre tellement énormes devant Clément qu’il aurait pu mourir sur le coup… mais miraculeusement il était malgré le fait que Clément était en face, il n’a pas eu une seule éraflure. Dieu soit loué. S’ensuivit une sonate intitulée “La nuit profonde” interprétée par une harpiste et une soprano vraiment douées. Plus tôt dans la journée, j’ai récupéré mes lettres à la poste. J‘en ai envoyé une à la plus charmante de toutes les futures lauréates du Brevet de l’Univers. J’ai un doute, mais je crois, qu’elle se reconnaîtra. 

Mercredi 15 mai : 

Encore une grande étape 38 km. Changement de décor en passant des rizières, aux céréales, champs de coquelicots à notre vue, gigantesque chaîne de montagnes au loin et énorme carrière magnifique de sable qui surplombaient les collines au loin. En rentrant à l’auberge de la ville-étape “Santa Christina”, on mange une pizza très bonne. S’en est suivie une série de 100 pompes ! Mon record battu : “les pompes tonton !! PS : A mon ange, sache que je t’aime et que tu es tout le temps dans mon coeur. Au Mayor Harand-Busson, sache que j’use sans abuser et que je continue à agir sans faiblir, je ne suis pas un lapin de 6 ou de 3 semaines. N

 

Mardi 21 mai (16ème jour de marche) 

 

Clément et moi sommes partis à 7h45 de l’ostello de Fidenza pour commencer à marcher à 8h pour arriver à 18h à Fernandi que nous avons retrouvé. C’était l’étape la plus magnifique qu’on ait faite. C’était aussi 9h de marche. “marche commando” + 1 heure de pause. J’ai perdu mes flip-flops au cours de la traversée d’une rivière tout à pieds nus. On a parcouru au total 35 km et 600m de dénivelé à travers les Apennins. 

 

Mercredi 22 mai (17ème jour de marche)

 

Clément et moi partons de Fornovo pour Cassio à 8h25. Arrivée à 15h15. Encore “une étape commando” en gravissant les montagnes ; 1100 m de dénivelé positif sur 20 km. Je commence à voir l’impact positif que cette aventure m’apporte en m’aidant à prendre du recul sur mon passé et à avancer vers mon futur. Physiquement, je suis devenu également beaucoup plus fort en me surpassant, faisant mes pompes “tonton” tous les jours, c’est entre 60 et 100 et en diminuant le tabac. Je gagne un meilleur coeur et un meilleur souffle après ces étapes très intensives. 

 

Jeudi 23 mai (18ème jour de marche) 

 

Aujourd’hui, nous sommes partis plus tôt, bon petit déjeuner avec un bon café comme à mon habitude matinale, nous rendons les clefs au proprio de l’ostello Via Franagence et commençons à marcher à 9h17 en direction du col. Arrivée à 16h. Clément et moi retrouvons à l’ostello deux randonneurs autrichiens rencontrés mardi dans la fameuse traversée des flip flops oubliés xD et Anna la berlinoise, notre amie qui était au même ostello que nous pour la dernière fois puisqu’elle repart travailler au Ministère de l’Economie allemande. Demain on prend le train pour s’y rendre demain voir à Pontremoli qui est notre ville étape de demain. Nous y retrouvons également notre ami de toujours : Bernard !!! retrouvé la veille et rencontré au début du périple à Veroli avec sur l’affiche “Corsaro” un candidat aux élections régionales dont Clément et moi sommes fans de son affiche qui accroche !! Ah Bernard ! Que dire sur ce retraité français de 69 ans… Il est tellement devenu mythique avec sa personnalité hors pair qu’il en est devenu une réelle légende vivante, parlant et rigolant de lui et de ses expressions aux phrases mythiques : “Allo B, Bon, bah j’ai fait une petite folie, hein mais C, le dites pas à ma femme, MDR ! “ Ou bien encore : la “B. attitude (Bernard attitude), ou des fois on se dit, mais qu’est-ce qu’aurait fait Bernard à notre place ou qu’est-ce qu’il aurait dit !!! Tout ça en rigolant de bon coeur, bien sûr… Ah, il y a tellement de choses à dire sur notre Bernard, comme quoi il y a eu “un” avant et “après” Bernard que je pourrais y consacrer 6 pages !! 

 

Vendredi 24 mai : 

 

Aujourd’hui, nous sommes partis à 8h pour arriver à Pontremoli à 17h en partant du Col de Cira : 1200 m de dénivelé positif. On a traversé de magnifiques sommets de montagne et pour la première fois de ma Vie, je suis passé au travers de plusieurs nuages tellement c’était haut. 

 

Samedi 25 mai : 

 

Aujourd’hui, démarrage difficile. J’ai eu une baisse de courage… mais ça n’a pas duré très longtemps. Je suis reparti de plus belle, plus déterminé que jamais à aller jusqu’à “Aulla” en partant de ”Pontremoli” : 34 km. Départ à 9h20 cette fois-ci et arrivés à 17h20 à l’ostello d’Aulla. C’était encore vraiment très beau, en passant par de magnifiques villages médiévaux, vieux de plus de 1000 ans. Aimé que de magnifiques forêts et sommets de collines en surplombant la rivière par-dessus de jolis ponts. Superbe accueil au dortoir où je retrouve d’anciens randonneurs français, les 2 autrichiens, 3 nouveaux espagnols et un italien nommé “Salvatore” qui m’explique dans notre dortoir l’histoire du patrimoine de son pays, et toute l’importance de la vie de Léonardo de Vinci, qui est né et grandi ici en Italie là d’où il vient : “Vinci” d’où son nom, une petite ville entre Fidenza et Lucca où Léonardo a vécu. N